Mes humeurs et ma life

L’art de se gâcher la vie : BASTA!

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je m’aperçois que je suis très douée pour me gâcher la vie et que je perds beaucoup de temps à trouver les moyens de me la gâcher.

J’ai trois façons principales de me gâcher la vie ou bien, je corrige, j’avais trois façons principales, car je crois, qu’à 50 ans, enfin, je commence à changer.

1/ La dévalorisation
Pendant de longues années, la liste de tous les défauts que je pouvais me trouver était longue, défauts aussi bien physiques qu’intellectuels. Je n’étais donc pas digne d’être aimée, c’était toujours ma conclusion. Comment cet homme pouvait-il s’intéresser à moi ? Comment ce regard croisé dans la rue pouvait-il être un regard d’admiration ? Comment ce compliment ne pouvait-il pas être autre chose que de la flatterie ? Je n’était pas digne d’être aimée car j’étais trop moche, trop grosse, trop petite, trop bête… Depuis que j’ai compris que cette dévalorisation m’avait pourri une bonne partie de la vie, j’ai décidé qu’il ne fallait surtout pas que mes enfants passent par là et qu’il fallait vraiment les valoriser pour qu’ils n’aient jamais cette image détériorée d’eux-mêmes que j’ai pu avoir.

causes-manque-confiance

2/ Le sens du devoir poussé à l’extrême.
Je dois aller chercher mon fils tard le soir, même si c’est lui qui a traîné et a raté son bus, je dois faire les courses pour ma mère chaque semaine, je dois ne jamais laisser traîner le linge au fond de la corbeille en attente du repassage, je dois écouter mon frère sans rien dire quand il débarque à n’importe quelle heure le soir pour me raconter ses peines de cœur ou ses problèmes d’organisation de vie, je dois renflouer le compte en banque de mon mari même si je sais très bien que le découvert bancaire est du à son incapacité à gérer un budget, je dois garder les enfants de ma belle-sœur quand je suis en vacances, je dois emmener ma maman en vacances pour ne pas qu’elle reste seule, je dois ramener du boulot chez moi le week-end, je ne dois jamais dire non pour un repas avec la sainte-famille…. Se doit-on de se donner toutes ces obligations dans la vie vraiment ? Est-ce que l’on sera moins aimé, moins apprécié si l’on oublie certains soi-disant devoirs ? Est-ce que l’on ne pourrait pas plus pensé à soi parfois ?
Savoir faire le tri dans mes droits et mes devoirs, cela me soulagerait un peu et me ferait voir la vie de façon plus légère, je crois.

3/ Me faire de fausses idées sur les autres.
On interprète souvent les idées des autres à partir de soi-même et c’est une grande erreur.
On généralise, on fait des liens qui n’existent pas. On a du mal à prendre du recul devant certaines réactions de l’entourage. Du coup, on prend mal certaines réactions alors que l’on se fait des idées complètement négatives pour rien. Il faut apprendre à relativiser et ne pas voir les choses toujours du même côté de la lorgnette (c’est à dire le sien). Ouvrir son esprit, accepter l’autre et ses réactions et pensées forcément différentes de les miennes. Voilà une solution pour cesser de me gâcher la vie.
(Non, ce n’est pas parce que Julie ne m’appelle plus depuis une semaine qu’elle me fait forcément la tête, non, si Loïc n’est pas de bonne humeur aujourd’hui, ce n’est pas forcément de ma faute… )

avis

Maintenant, ( enfin devrais-je dire) que j’ai analysé ces trois travers de ma personnalité (mais il me semble que je ne dois pas être la seule ainsi), il me reste à me donner les capacités de rendre ma vie encore plus belle :

  • Oui, je suis une personne que l’on peut aimer et apprécier.
  • Oui, quand on m’offre un compliment, un joli mot, ce n’est pas de la flatterie, c’est un vrai compliment.
  • Oui, j’ai le droit de penser à moi.
  • Oui, je dois faire confiance aux autres et ainsi ils me feront confiance.
  • Oui, je dois me faire confiance à moi-même et ainsi, m’ouvrir d’avantage aux autres.

Dire qu’il m’a fallu bien des années pour comprendre tout cela.
Je ne suis pas tout à fait guérie, mais je vous assure que j’y travaille : je crois en moi, et j’arrête de me gâcher la vie.

J’ai un bon coach pour cela : mon namoureux.
Il a su me redonner confiance en moi et a été une grande aide pour m’apprendre à m’aimer tout simplement.

Surtout, vous aussi, évitez de vous gâcher la vie .

10 réflexions au sujet de « L’art de se gâcher la vie : BASTA! »

  1. Alors la sincèrement, j’adore et j’adhère totalement.

    J’ai l’impression et même plus que cela de me retrouver dans toutes ces lignes.

    Et dire que je suis allé voir un Pysco pour essayer de trouver une solution…

    La lecture de tes lignes me ravit, je suis dans le même état d’esprit. et je prends aujourd’hui tout du bon coté.

    Bises, Rebises et Merciiiiiiii de te connaitre

    J'aime

    1. Nous avons besoin parfois d’une aide extérieure, ce n’est pas une honte d’avoir été voir un psy, bien au contraire, c’est que tu avais envie de changer les choses et il t’a surement aidé sur ce chemin. Merci pour ton témoignage Gren.

      J'aime

  2. Le premier point me touche particulièrement, car la même chose me gâche la vie encore et encore et toujours. Je ne suis jamais assez bien. Les sont toujours mieux. Les autres font toujours mieux. Je ne suis jamais assez bien! C’est infernal de se sentir toujours aussi à la traîne. Et pour être il y a des moments où ça me fait détester ma vie, parce que j’aimerai bien être ces autres (et envieuse avec ça!)

    J'aime

Et si tu me laissais un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s