Et maintenant…

Depuis ce soir du 13 novembre, je suis anesthésiée.
J’ai trop regardé la télé, j’ai lu des centaines d’articles de journaux annonçant les différents événements, analysant la situation, interprétant les positions, les réactions de chacun.

J’essaie de réfléchir à tout cela, à notre pays maintenant, à notre vie quotidienne. Beaucoup de choses me dépassent, me semble si compliquées à comprendre.

Guerre ou terrorisme? Doit-on vraiment parler de guerre? N’est-ce pas donner trop d’importance à ces monstres qui représentent qui, en fait? Certainement pas un dieu ni un prophète.

J’ai apprécié la façon de réagir de notre Président (oui, oui, celui qu’on appelait Flanby, il fut un temps). Je ne suis pas de ceux qui lui reprochent d’avoir réagi trop tard. Non, je suis persuadée qu’il n’aurait pas pu réagir de cette sorte après les attentats contre Charlie Hebdo. Les Français n’auraient pas accepté l’Etat d’urgence à ce moment là. Les attaques étaient ciblées, nous avons été choqués oui, mais ce n’était pas monsieur ou madame Toutlemonde qui avait été visé à ce moment là. Les politiques et toute une partie de la population auraient crié au scandale, voir même aurait employé les grands mots : dictature, répression, autoritarisme, que sais-je. La France n’était alors pas prête à ce genre de mesure.

J’ai apprécié l’efficacité de l’enquête policière, les actions du Raid, de la BRI. Ils font face à des situations que nous ne connaissions pas auparavant sur le territoire : les attentats kamikazes, des hommes qui veulent mourir en martyr.

Je suis bouleversée devant la réaction de certaines familles de victimes de l’attentat. Ce refus de la haine, vous avez tous du lire la lettre d’Antoine Leiris qui a perdu sa femme dans l’attentat du Bataclan, ou encore vous avez peut-être écouté la soeur de Guillaume Le Dramp tué sur une terrasse à Paris qui a engagé dès le lendemain de l’attentat un dialogue admirable avec la communauté musulmane. Je pense que je n’aurais pas été à la hauteur de ces personnes si ce malheur m’était arrivé.

Je veux continuer à croire en l’Homme et ces réactions après ces atrocités me permettent d’espérer et d’y croire encore.

Je veux continuer à croire que notre pays en sortira grandi, plus fort de sa diversité et de sa tolérance, je veux y croire.

Je sais que le temps sera long avant que nous pansions nos plaies.

Je sais que la bataille n’est pas terminée et que nous prendrons certainement d’autres coups peut-être plus abominables encore.

Et j’aimerais ne pas avoir peur quand mes enfants sortent sur Paris…
Rendez-vous sur Hellocoton !
 

Publié par

Je suis une femme de 50 ans et des poussières, passionnée par le net, les voyages, la cuisine, la musique, les sorties. J'aime partager mes passions avec vous à travers mes deux blogs.

15 commentaires sur « Et maintenant… »

  1. la peur est la mais la vie aussi, il faut avancer,et comme toi je pense que la tête de l’état a réagi correctement. Il ne faut surtout pas faire d’amalgame mais comment ne pas en vouloir aux personnes qui ont ôté la vie ?
    bon courage, belle journée
    bisous

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne suis pas certaine d’être en accord avec les décisions du gouvernement. J’attends surtout de voir ce que ça va donner sur le long terme. Je crois que les Français veulent des engagements sur la durée.
    Mais en ce qui concerne la vie de tous les jours, je te rejoins. Cette épreuve nous a tous ébranlés à des niveaux différents et reprendre le cours de nos vies est parfois difficile.
    J’aime les messages d’amour lus un peu partout. C’est une belle forme de résistance, au delà de la peur qui nous habite tous, même ceux qui déclament haut et fort « même pas peur ». Cette peur est humaine.
    Belle journée.

    Aimé par 1 personne

  3. je partage ton avis quasiment sur tout. l’overdose que je me suis infligée, toute seule, d’images, d’infos, de commentaires des commentaires… je fais la même analyse sur la réaction du gouvernement, la ritournelle vaine mais habituelle des « et si ils avaient agi avant… »…Et ces témoignages des familles, des proches des victimes… personnellement, ça force ma réflexion sur mes réactions, ma tolérance ou intolérance. (y a encore du boulot !) j’ai une impression de marée noire, on est tous englué dans cette mélasse, on bat des ailes, ou pas, on fait comme on peut.

    Mais comme toi j’ai envie de croire que de bonnes choses vont sortir de cette poisse.

    J'aime

  4. moi non plus pas du tout convaincue par notre président qui aurait dû agir depuis longtemps et bien avant Charlie…mais tout ça est un autre débat….
    très touchée aussi de tous ces témoignages de personnes touchées dans leur chair et qui réagissent de façon si admirable et intelligente….
    bisous

    Aimé par 1 personne

  5. Je ne sais pas non plus si je suis d’accord avec notre Président ou si je suis convaincue que le mal fait aurait pu être évité (peut-être). Avec des si … En tout cas, j’ai beaucoup trop lu d’articles, j’ai beaucoup trop vu de reportages effrayants et j’ai décidé d’arrêter. J’ai coupé ma télé, je ne lis plus les articles visant à effrayer, je ne lis plus les témoignages racontant en détails les scènes qu’ils ont vécues … Je ne veux plus, je ne le supporte plus. Parce que j’ai peur, oui. Mais je ne veux pas céder à tout ça. Je préfère ne pas tout savoir en détail. Pour une fois, savoir « en gros » me suffit.

    Aimé par 1 personne

    1. Tu n’as pas tort, et je me demande pourquoi nous sommes toujours attirés par l’écran devant ces évènements horribles… quel besoin nous avons d’en savoir plus, toujours plus. Oui, parfois il faut couper et se recentrer sur soi-même et sur les siens pour éviter de devenir fous. 🙂

      J'aime

  6. L’efficacité des forces de l’ordre est bien là. Le souci c’est les moyens qu’on leur donne. l’enquête semble efficace… mais pourquoi n’ont-ils pas eu les moyens avant? J’ai beau retourné ça dans tous les sens…. je n’ai pas confiance. 😦

    Aimé par 1 personne

    1. Comment avoir vraiment confiance quand on connait le nombre de policiers, enquêteurs, services secrets et j’en passe. Bien entendu ils ne sont pas assez nombreux, mais c’est le cas je pense dans n’importe quel pays.
      Nous sommes visés en ce moment, nous ne pouvons d’un coup multiplier notre nombre de policiers…
      Dommage qu’en 2007, un ancien président a fait une coupe drastique dans les budgets du ministère de l’intérieur, c’est aussi cela les choix de société. J’ai vécu longtemps avec des flics ilotiers dans mon quartier difficile, ils ont disparu en 2007, et ça manque vraiment dans nos banlieues.

      J'aime

      1. @ ESCAPADE « J’ai vécu longtemps avec des flics ilotiers dans mon quartier difficile, ils ont disparu en 2007, et ça manque vraiment dans nos banlieues ».

        Ah ça c’est sûr ! ça manque pour faire traverser les enfants et personnes âgées…

        Aimé par 1 personne

Et si tu me laissais un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s