Cancer du sein·Mes humeurs et ma life

Lâcher prise

Un des avantages d’être atteinte du cancer (oui, vous avez bien lu le mot « avantage ») c’est qu’obligatoirement cet état nous apprend ou plutôt nous oblige à lâcher prise.

Lâcher prise, c’est renoncer à la maîtrise de son existence. Et le cancer vous apprend cela en quelques semaines.

En ce moment, si je n’avais pas été malade, je serais en pleine forêt canadienne en train de dévaler les kilomètres en motoneige ou en traîneaux à chiens. Il a fallu renoncer à des projets, des projets réfléchis depuis des mois, organisés. Il faut savoir faire le deuil de ces projets et se recentrer sur l’essentiel : ma vie au jour le jour.

J’ai l’habitude de maîtriser mon existence, je ne supporte pas que les choses me filent entre les doigts sans que je puisse les contrôler. Je crois que nous sommes nombreux dans ce cas là.

Quand la maladie arrive comme une avalanche dans votre vie, vous devez faire avec, vous n’avez pas le choix.

Soudain, votre vie n’est plus rythmée par vos décisions, mais votre existence est gérée par les rendez-vous médicaux, les résultats biologiques, les traitements et leurs conséquences. Il est très difficile et même impossible de prévoir plus loin que le bout de son nez. Le week-end prochain vous êtes libres pour la fiesta? Euh, je te dis cela la veille ok? ça dépendra de la date de ma chimio !!

Il faut apprendre à composer avec la situation et avancer au jour le jour.

Cependant, il ne faut pas non plus se laisser « bouffer » par ce crabe, car sinon on ne voit plus en vous que la malade, la cancéreuse. Non, je suis en traitement mais je suis restée la Sophie que vous connaissez : j’ai envie de sortir, j’ai envie de rire, j’ai envie de faire la fête, j’ai envie de partir en goguette (ça fait vintage ça ^^) mais je dois composer avec les traitements, je ne suis plus seule à décider de mon emploi du temps.

L’important est de prendre la situation telle qu’elle est, de faire avec et d’avancer.

Il faut se réapproprier ce corps qui nous a trahi, c’est accepter certaines limites que l’on n’aurais jamais voulu respecter avant, c’est prendre le temps d’écouter ce corps et respecter ses demandes.

Lâcher prise c’est aussi apprendre à faire confiance aux autres. Là, votre vie est dans les mains de l’équipe médicale, si vous n’avez pas confiance en ces professionnels, il vaut mieux en changer car vous allez être pris en charge complètement par cette équipe durant des mois. Ce ne sera pas à vous de décider du rythme des traitements, il faudra avoir confiance en leurs décisions qui peuvent être vitales pour vous.

Lâcher prise c’est aussi donner libre cours à ses émotions, à ses sentiments. C’est souvent la colère qui s’exprime après l’annonce de la maladie. Cette colère ne doit pas être refoulée ou empêchée. Si c’est la peur, le désespoir, il ne faut pas s’empêcher de pleurer. Vous ne pouvez plus être dans le contrôle de ses émotions, il faut les laisser s’exprimer, exploser que ce soit au début de la maladie ou peut-être après, bien plus tard.

En ce moment, je suis en train d’apprendre à prendre le temps de vivre doucement et à écouter mon corps. Je suis fatiguée? je me repose. Le genre de truc que je ne m’autorisais pas avant. Mon père disait bien : « On n’est jamais fatigué ! ». Et bien pourtant, je dois avouer que parfois je suis fatiguée, et c’est tout un apprentissage de me l’avouer !! 🙂

Voilà, cette période difficile de ma vie aura eu cette utilité : m’apprendre le lâcher prise.

Et vous, savez-vous lâcher prise? Acceptez-vous ne ne pas pouvoir tout contrôler dans votre vie?

Rendez-vous sur Hellocoton !

28 réflexions au sujet de « Lâcher prise »

  1. Il va s’en dire (mais ça va mieux en le disant…etc)que je partage pleinement cette vue de l’existence….
    Même si je dois reconnaître que mon suivi médical n’a rien à voir avec le tien, le mien est plus léger, c’est sur. En revanche, il y a beaucoup de choses, même basiques que je ne peux plus faire (courir, sauter, attacher mon soutif…), bon, je marche, c’est déjà beaucoup. Moi, c’est surtout la fatigur et la concentration, la mémoire. Merde, quoi !!!! J’ai que 50 ans et je n’arrive plus à faire 2 choses en même temps…..
    C’est pas grave, je suis VIVANTE. Et demain, on verra.
    gros bisous ma chère Sophie.
    que la vie te soit la plus douce possible

    Aimé par 2 people

  2. Votre billet est très courageux car vous parlez librement de ce sentiment de perte de contrôle. Et pourtant, vous semblez avoir repris le dessus, c’est ce que vous appelez « lâcher prise ». Ce serait un conseil à donner à tout le monde, de prendre du recul, relativiser et mettre les accents sur ce qui est vraiment important.

    J'aime

  3. Oui c est un vrai apprentissage de savoir lâcher prise et surtout là, difficile aussi d accepter la fatigue, mais la vie continue et il faut quand même faire des projets pour montrer à ce vilain crabe qu on est plus fort que lui. Le lâcher prise un bon conseil à donner à tout le monde.

    J'aime

  4. Il est très beau ce texte. une maladie, c’est un tsunami, on ne fait plus de choix, les priorités changent. Une de mes amies a été très malade, un jour, nous étions dans une grande surface, devant des brosses à dents et elle n’arrivait pas à se décider – La verte ou la rose ? la jaune ou la violette ? Je m’impatientais et lui ai demandé de choisir, que ça n’avait aucune importance. Elle m’a répondu – Maintenant, je suis guérie et je savoure ces petits choix, ces détails qui n’existaient plus quand j’étais malade.
    Belle leçon pour moi que était en bonne santé.

    Aimé par 2 people

  5. tu affrontes ta maladie avec une lucidité extrême , ce n’est pas du lâcher prise ,tu maîtrises à merveille cette situation , tu as tout compris, et j’avoue que je t’admire.
    je souhaite vraiment que ton crabe s’en aille le plus vite possible
    bonne soirée
    bisous
    danièle

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Béatrice, comme je le disais à Danièle, il n’y a rien d’admirable, je pense sincèrement que chacun dans ce cas réagit autrement qu’il ne l’aurait peut etre imaginé.
      Oui, j’espère bien te revoir bientôt aussi !!
      Bises

      Aimé par 1 personne

  6. Témoignage très touchant… Il n’est jamais facile de lâcher prise et de renoncer au contrôle. Il y a quelque chose de rassurant dans le fait de contrôler son quotidien, de planifier. Et puis il y a des imprévus, une maladie qui survient et qui bouleverse les quelques certitudes qu’on pouvait avoir. La vie ne s’arrête pas, elle est différente. On prend le temps de remarquer des choses auxquelles on n’accordait pas d’importance, on écoute son corps et ses besoins pour que le quotidien soit plus agréable. Que ce soit face à la maladie ou non, le lâcher prise fait du bien.

    Aimé par 1 personne

  7. Je te comprends tout à fait , même si je n’ai jamais vécu ta situation, il y a des moments où l’on a simplement envie de lâcher prise, et on ne se l’autorise pas , car on y est pas contrainte par une priorité qui pour toi est ta maladie.
    Tu arrives (avec tes moments de faiblesse qui sont humains) à garder une attitude très positive et c’est ta force, ne la perds jamais !
    Encore une jolie leçon de vie !
    Merci Sophie !
    Bon après midi
    Bisous !

    Aimé par 1 personne

  8. Tes mots sont pleins despoir et ça fait du bien. Tu as raison, il faut apprendre à lâcher prise, ce qui est loin d’être évident mais pourtant nécessaire.
    Comme toi, j’ai mis longtemps à accepter qu’il faut parfois écouter son corps et ralentir le rythme. Quand ma maladie me fatigue de trop, je sais qu’il faut que je me repose plutot que lutter car c’est elle qui gagne quoi qu’il arrive à la fin.
    Pour m’aider à lâcher prise, je pratique la méditation depuis quelques mois et cela m’apaiser un peu.
    En tout cas, bravo pour ton optimisme et ta façon de voir la vie malgré la maladie.

    Aimé par 1 personne

  9. j’ai beaucoup de mal à lâcher prise. j’ai cette horrible sensation que si je lâche prise, ça va mal se terminer. je sais que c’est faux… au moins en grande partie… mais du coup c’est compliqué de lâcher. Ce serait pourtant une excellente chose!

    J'aime

  10. c’est un très bel article, très émouvant… moi j’ai appris à relativiser et à lâcher prise depuis le décès de ma maman… il y a des événements dans la vie qui t’apprennent à relativiser… je t’embrasse fort et bravo pour ton courage

    Aimé par 1 personne

Et si tu me laissais un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s