Ces quartiers abandonnés

Je vis dans un quartier que l’on dit difficile. Ces quartiers dont on parle le plus souvent de façon négative aux infos. Pourtant, dans ce quartier, j’y vis depuis plus de 20 ans et même si parfois j’ai envie d’autre chose, même si parfois je râle après certains mauvais côtés, j’y trouve deux choses importantes : la sécurité (oui, vous avez bien lu) et la convivialité. Les gens ne font pas que se côtoyer dans mon quartier, ils se disent bonjour, ils se sourient, ils discutent.

Par contre, il y  a une chose qui me révolte dans mon quartier, comme dans beaucoup de ces zones… C’est qu’elles sont laissées parfois souvent à l’abandon.

J’habite une grande ville où il existe un centre-ville propret, soigné, animé.

Mon quartier n’est pas dans le centre-ville. Il est sale, délabré. Il n’est pas sali, il est sale. Il n’est pas question d’actes d’incivilité ,non. Mais les poubelles publiques ne sont pas souvent vidées, le service des encombrants ne ramasse pas tout sur son passage, le nettoyage de la voie publique est irrégulier, les bancs des espaces verts sont en piteux état, des commerces ont fermé et sont restés abandonnés, des tours ont été détruites, mais rien n’a été reconstruit à la place et nous avons pour paysage un terrain vague peuplé de rats et entouré d’une palissade qui bat au vent. C’est une question de choix politique selon moi, mais je me demande bien si ceux qui font ces choix politiques aimeraient vivre dans de telles conditions.

quartier03Ces morceaux de verre brisé ont là depuis presque 2 mois dans cette allée piétonne où passent des enfants tous les jours, et où je crains toujours que mon chien ne s’enfonce un éclat dans la patte.

Je ne suis bien entendu pas la seule à ressentir cette différence de politique territoriale. Et je sens bien justement la fracture se développer entre le centre-ville et les quartiers plus excentrés. Pourtant, nous vivons tous dans la même ville, une ville de banlieue difficile, et pourtant dans cette même ville déjà les différences sont criantes. Il faut savoir que certains habitants ne vont jamais dans le centre-ville pour mille raisons : pas de moyen de locomotion, pas le temps, mais surtout l’impression que nous ne faisons pas partie de la même communauté. Alors, ils restent dans leur cité, dans leur communauté, dans leur milieu.

Le principe d’égalité de notre République passe aussi selon moi par les choix politiques d’une municipalité. Si dans une même ville, l’égalité territoriale n’est pas respectée, comment espérer qu’elle le soit à plus grande échelle.

J’ai tenté de participer à des réunions de quartier organisées par la municipalité il fut un temps, mais j’ai été vite déçue, désappointée, une impression que l’on ne pouvait rien y faire…

En fait, il s’agit juste d’une histoire de considération selon moi.

Et vous, quel genre de quartier habitez-vous?
Voyez-vous des solutions à ce genre de problème?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié par

Je suis une femme de 50 ans et des poussières, passionnée par le net, les voyages, la cuisine, la musique, les sorties. J'aime partager mes passions avec vous à travers mes deux blogs.

5 commentaires sur « Ces quartiers abandonnés »

  1. Je comprends… j’habite Charleroi… ça ne te parle peut-être pas mais en Belgique, la ville a longtemps eu très mauvaise réputation… Il faut garder espoir parce qu’ici, je sens que les choses changent ! le renouveau s’installe… Il y a un brassage culturel important, une volonté de travailler avec les gens… Je bosse avec le centre culturel et ils fournissent un boulot de fond exceptionnel ! ajoute à ça beaucoup de travaux pour rénover la ville ! un aéroport proche… et une capitale engorgée… Moi, Charleroi, j’y crois (slogan des années 80 qui n’a jamais été aussi vrai qu’en 2015 !!!) bisous Sophie

    Aimé par 1 personne

  2. ça me rappelle un peu l’endroit où j’ai vécu pendant quelques années en région parisienne. Une phrase de ton post résume à elle seule l’imbroglio socio-egoisto-policito-humain dans lequel nous évoluons, avec de plus en plus de fatalisme hélas : « Si dans une même ville, l’égalité territoriale n’est pas respectée, comment espérer qu’elle le soit à plus grande échelle. » La question mérite d’être posée à chaque municipalité…

    Aimé par 1 personne

  3. j’habite dans un quartier privilégié d’une petite ville de banlieue elle-même privilégié: propre, on trouve tout ce qu’il faut pas loin de chez soi, écoles au top etc. et j’en suis consciente et j’apprécie ma chance.
    Mais j’ai connu ces quartiers dont tu parles sur l’ile. Elle en regorge. C’est désolant. Les habitants se sentent mis à l’écart et à juste titre.
    le fameux apartheid territoriale dont parlais un certain premier ministre.

    Aimé par 1 personne

Et si tu me laissais un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s