Cancer du sein·Coups de coeur

Cancer du sein, si on en parlait …. vraiment !

Cancer du sein et Octobre Rose, une vieille histoire… mais comment parler du cancer du sein en restant vrai.
Ces mots de Catherine Cerisey expriment vraiment ce que j’en pense.

capture-decran-2016-09-27-a-12-23-08La communication sur le cancer est un art difficile auquel s’essaient les médias grand public particulièrement durant le mois d’octobre.

« Le cancer du sein inquiète moins (Le Figaro) », « Cancer du sein, la chirurgie progresse et guérit (la Provence) » « Risque de cancer du sein, méfiez-vous de votre déodorant (Le Parisien) », « cancer du sein, révélations sur une crise sanitaire (L’obs) » peut-on lire dans nos quotidiens et hebdos cette semaine.

Oscillant entre le positif à tout prix et l’info angoissante sur les causes supposées du cancer, cette année, les journalistes tentent de diversifier le panorama habituel d’octobre rose et ses sempiternelles articles sur l’importance du dépistage. C’est tant mieux car on l’avait oublié depuis quelques temps, octobre était à l’origine un mois de sensibilisation au cancer du sein et non pas celui de la promotion du dépistage.

Attardons-nous sur le mot sensibilisation. La définition du Larousse est claire : « sensibiliser : Rendre quelqu’un…

View original post 715 mots de plus

8 réflexions au sujet de « Cancer du sein, si on en parlait …. vraiment ! »

  1. CC Sophie,
    Tu as raison c’est important d’en parler, de se faire dépister et d’essayer si l’on peux d’éviter cette maladie.J’essaye d’apporter mon soutient à ma façon, en participant à des actions, en faisant des dons.
    Bises

    Aimé par 1 personne

  2. Je viens de lire son article. Le cancer n’a rien de glamour mais comme pour beaucoup de choses, on aseptise, on ne montre pas tout pour ne pas choquer. Le cancer du sein reste une maladie qui déstabilise une vie quand il ne la supprime pas, et c’est tout un quotidien à redéfinir quand la maladie laisse enfin un peu de répit à la malade et à l’entourage. Même si la réalité quotidienne d’une malade peut paraître difficile à décrire et à supporter, c’est en évitant d’y apposer une étiquette taboo qu’on adresse les soucis rencontrés et qu’on sensibilise pour de vrai !

    Aimé par 1 personne

  3. Bonne initiative que d’en reparler souvent , car il ne faut pas oublier qu’on est toutes concernées de près ou de loin !
    J’ai des tantes maternelles qui en ont eu un , dont une qui est partie trop tôt , et je ne manque pas chaque année mon dépistage, même si effectivement la chirurgie a fait de gros progrès dans ce domaine et tant mieux .
    Gros bisous Sophie et courage dans ce combat que tu gagneras car tu es une battante !

    Aimé par 1 personne

Et si tu me laissais un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s