Cinéma·Coups de coeur·famille·Mes humeurs et ma life

La dernière leçon

Samedi, j’ai eu enfin le courage de regarder ce film :

LADERNIERELECON_120.indd

Synopsis :

Madeleine, 92 ans, décide de fixer la date et les conditions de sa disparition. En l’annonçant à ses enfants et petits-enfants, elle veut les préparer aussi doucement que possible, à sa future absence. Mais pour eux, c’est le choc, et les conflits s’enflamment. Diane, sa fille, en respectant son choix, partagera dans l’humour et la complicité ces derniers moments.

Ce film fabuleux, émouvant de Pascale Pouzadoux est sorti en novembre 2015. A cette époque, il était trop tôt pour moi pour aller voir un tel film, sur un tel sujet. J’étais encore trop fragile. Mon deuil n’était pas fait. Je ne sais pas si on arrive vraiment à faire le deuil de ses parents, mais la vie rend les choses plus douces, plus supportables au fil du temps.

La dernière leçon c’est un film sur la mort oui, c’est un film sur la vieillesse oui, mais c’est surtout un hymne à la vie, à l’amour.

Attention, sortez vos mouchoirs ! Personnellement, j’ai pleuré durant tout le film pratiquement, mais cela m’a fait un bien fou, cela m’a libérée de multiples pensées que j’avais encore en tête et ce film m’a éclairée.

J’ai lu de mauvaises critiques parlant d’un film prévisible (euh, ben oui, c’est la mort… ), d’un film pour les bobos !  Franchement, je ne comprends pas le qualificatif pour ce film.

Certaines critiques négatives disaient également que le film les avait déçus par rapport au livre, mais c’est très souvent le cas.

Car ce film est tiré du livre de la philosophe Noëlle Châtelet (soeur de l’ancien premier ministre Lionel Jospin) qui retrace les 3 mois d’échanges entre l’auteure et sa mère qui va mettre fin à ses jours. Je vous conseille d’ailleurs d’aller lire l’interview de Noëlle Châtelet (et un extrait du livre) sur le magazine Psychologies ICI, une conversation riche et émouvante également.

Je n’ai pas lu le livre donc je n’ai pas la possibilité de comparer le livre et le film. Cependant, il faut savoir que bien entendu la réalisatrice Pascale Pouzadoux et le scénariste Laurent de Bartillat ont adapté cette histoire vraie en modifiant les personnages, la famille.

Personnellement,j’ai trouvé ce film tellement émouvant car j’ai vécu ces moments aussi avec mes parents vieillissants. Oui, ils ne voulaient pas survivre en étant grabataires et dépendants. La déchéance leur était inadmissible. Oui, mon père m’a demandé des solutions pour partir plus vite. J’ai été incapable de lui répondre. Quant à ma maman, je reste persuadée au fond de moi qu’elle « s’est aidée à partir ». Je n’en aurai jamais la certitude car elle ne me l’a pas déclaré (au contraire de ce qui se passe dans La dernière leçon). Mais, certains indices, certains mots, certaines paroles me font y croire au plus profond de moi.

Marthe Villalonga est fabuleuse dans son rôle. Elle est loin de certains personnages comiques qu’elle a pu interprétés. Sandrine Bonnaire est fidèle à elle-même, la qualité, le ton juste. J’adore cette actrice.

Alors, c’est certain, il est préférable de ne pas regarder ce film un jour de déprime (comme ce fameux blue monday!) mais c’est pourtant un film sur l’amour de la vie, sur la dignité de l’être humain, un film humaniste, on y pleure, on y sourit, on y rit, on y vit.

Je l’ai vu sur OCS samedi, il passe peut-être encore .

Rendez-vous sur Hellocoton !

12 réflexions au sujet de « La dernière leçon »

  1. Tiens, et bien justement nous avons eu le sujet de conversation suivant avec mes mômes adorés pour les fêtes : le ou les films qui, bien qu’après avoir été vu maintes fois, nous remue les tripes à chaque visionnage. . Je me doute bien qu’il pourrait faire partie de ma liste, il y en a d’ailleurs qqs uns que j’ai zape au ciné pour ne pas sortir de la salle la mine ravinée et le maquillage dégoulinant mais c’est aussi ça la magie du cinéma, la performance d’acteur /triceps et c’est formidable. Donc j’essaierai de le voir mais chez moi , seule car ton commentaire et tes confidences font bien comprendre qu’il doit être, à juste titre, bouleversant . Bises

    Aimé par 2 people

  2. Je n’ai pas le courage, en ce moment, de regarder ce genre de film. Mes parents ne sont pas très en forme et je crains, comme toi, qu’ils ne supportent pas leur déchéance. En plus, je suis un peu loin d’eux. Quelle tristesse, la vieillesse !
    Mais c’est bien aussi de faire des films sur le sujet,

    Aimé par 2 people

  3. Je sens que je vais pleurer si je vois ça.
    J’ai encore mes parents mais ils sont fragiles .
    Donc à méditer un peu.
    Merci pour ton avis je suis sûre qu’il est excellent !
    Bisous ma Sophie !

    Aimé par 1 personne

  4. Comme toi, Sophie, je n’étais pas prête à voir ce film lors de sa sortie (pour les mêmes raisons), j’avais encore les larmes au cœur d’avoir perdu ma mère. Je l’ai donc découvert très récemment et j’ai adoré. Le sujet est certes sensible et douloureux mais les acteurs sont formidables et comme tu le soulignes, c’est un hymne à la vie et au respect du droit de mourir dans la dignité. J’ai ri et pleuré tout au long du film qui est bouleversant, très drôle parfois et merveilleusement servi par les acteurs.
    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

  5. C’est le genre de film que l’on peut regarder selon les circonstances. Nous avons nos mères très âgées, et cette question peut être d’actualité d’un jour à l’autre.
    Nous avions vu Noëlle Châtelet au Printemps du Livre à Cassis, son livre venait de sortir. Serions-nous capable de parler aussi calmement d’un deuil ?

    Aimé par 1 personne

Et si tu me laissais un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s