6 avantages à vivre seule

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous un petit billet humeur, réflexion sur ma nouvelle vie.

Voilà un an que la séparation a eu lieu réellement. Je dis réellement car notre couple ne fonctionnait plus correctement depuis très longtemps. Voilà un an qu’il est parti après une mise à plat de nos 25 années de mariage. Le constat était clair, c’était fini, il fallait passer à autre chose.

Actuellement, j’ai une relation amoureuse satisfaisante, durable mais au jour le jour je vis seule, et je le vis bien.Parce qu’en fait, il y a de multiples avantages à vivre seule !! Et je vous assure qu’après 25 ans de vie commune, ces avantages on en profite au maximum.

vivreseule02

  • En vivant seule, on retrouve l’autonomie que l’on avait perdue, et c’est bon.

Je ne vivais pas sous la coupe de mon mari , non pas du tout !! J’étais une femme libre, libre de mes idées, libre de mes choix. Enfin, c’est ce que je pensais. Mais, en vivant en couple, on peut parfois s’oublier facilement. Les choix sont des choix communs, et il y en a toujours un qui souhaite faire plaisir à l’autre dans ses choix. Je me demande souvent maintenant si mes choix de vie précédents étaient vraiment les miens. Je le ressens maintenant dans mes souhaits de déménagement, dans mes choix de voyages.

Retrouver son autonomie c’est aussi se rendre compte de ce que l’on sait faire et que l’on ne faisait pas ou plus parce que l’on comptait sur l’autre. Une chose toute simple parmi d’autres : aller vers les gens. Je m’aperçois que j’attendais plutôt que lui aille vers les personnes pour lier connaissance, alors que maintenant, je me sens tout à fait sure de moi pour m’ouvrir aux autres seule. Voilà aussi des petites choses qui renforcent l’image de soi et qui font du bien au moral.

  • Vivre seule, c’est aussi savoir se laisser aller.

Faire ce que je veux, quand je veux, avec qui je veux. Ne pas être dépendant des horaires, des goûts d’une autre personne. On peut être à l’écoute de ses propres désirs : rester à glander le week-end si je veux, ne pas m’habiller le dimanche si je veux, aller au cinéma si l’envie m’en prend d’un coup, ne pas faire le ménage, ne pas faire la cuisine, aller boire un verre avec une amie sans avoir à prévenir personne. Ce ne sont que des exemples, mais je savoure ces moments sans aucune obligation. Il y a bien assez d’obligations dans la vie professionnelle et publique, alors pourquoi ne pas profiter de ces temps juste à soi.

  • Vivre seule c’est pouvoir dire non.

Quand on vit en couple, les obligations relationnelles sont multipliées par deux. On ne veut pas froisser son conjoint, sa famille, ses amis. Le “on s’en fout, on n’y va pas, on va se cacher sous les draps” de Bénabar , c’est bien plus facile à appliquer quand on est célibataire que quand on vit en couple je trouve. Seule, il est plus facile de faire ses propres choix, de s’affirmer et de couper des relations qui pouvaient être toxiques.

  • Être plus disponible aux autres

Autant seule, on a le pouvoir de dire non, mais on a surtout le pouvoir de s’ouvrir aux autres. Quand on vit en couple, je trouve que l’on vit souvent  en vase clos. Chacun a son cercle d’amis, et cela nous suffit bien souvent. Une séparation peut être une chance pour faire de nouvelles rencontres, pour s’ouvrir à d’autres personnes que l’on n’aurait pas côtoyées en couple, et on a une disponibilité qui peut attirer les autres.

  • On ne s’oublie plus.

En vivant seule, j’ai retrouvé le temps et le plaisir de penser à moi, de m’occuper de moi. Depuis quelques temps, je prends en charge ma santé, je ne laisse plus de côté les analyses que je dois faire, les douleurs que je supportais auparavant. Je prends le temps d’aller chez le médecin pour en parler et me faire suive sérieusement. Je prends le temps d’avoir mes activités propres : inscription en salle de sport, l’écriture de mon blog, partir en week-end, m’offrir une séance de hammam, prendre le temps de profiter d’une leçon de maquillage pro dans Paris (oui, ça il faut que je vous raconte dans un autre billet), prendre le temps de marcher pour profiter du beau temps, pour penser tout simplement.

Tout simplement, s’offrir et avoir du temps pour soi et ne pas s’oublier, c’est délicieux.

  • On change de regard sur l’amour et la vie

Il est vrai que la norme du bonheur en France c’est le couple, comme si être en couple était l’objectif principal d’une vie amoureuse, que forcément au bout d’une histoire sentimentale si elle est réussie, il y a une installation en couple, une vie à deux.  Les choses commencent peu à peu à changer dans la société. Vivre seule apporte aussi un nouveau sens au verbe aimer. Oui, l’amour peut se vivre de multiples façons et on peut choisir sa manière de le vivre sans se soucier du qu’en dira-t-on. Oui, on peut former un couple sans vivre ensemble. Oui, il est possible de vivre un amour sans tout partager mais en gardant le plaisir de l’autonomie et de la différenciation. Etre seule c’est aussi se libérer du jugement des autres et vivre comme on le désire.

vivreseule01Bien entendu, je suis consciente que tout le monde ne vit pas sa solitude de façon si heureuse.

Pas mal de conditions m’aident à bien vivre cette vie après séparation : mon âge qui me donne la faculté d’être plus philosophe, l’âge de mes enfants qui sont pratiquement autonomes maintenant et que je n’ai pas à gérer au jour le jour toute seule, ma relation amoureuse avec un homme qui apprécie aussi cette vision du couple, les divers épisodes difficiles de ma vie qui me poussent à voir les choses de leur côté positif.

Je ne dirais pas que tout est rose dans cette vie actuelle, mais je peux vous assurer que les avantages (j’aurais pu en trouver plus que 6 ) prennent largement le pas sur les inconvénients.

J’ai souhaité aussi écrire ce billet pour démontrer que non vivre seule ce n’est pas forcément se renfermer sur soi-même et déprimer, c’est aussi plein de plaisirs nouveaux dont il faut profiter.

Et vous? Vous vivez seul ou seule? Comment le vivez-vous?
Rendez-vous sur Hellocoton !
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

76 Commentaires

  1. André
    18 août 2018 / 9 h 17 min

    Bonjour,

    Je suis un homme de 50 ans… Euh… Passé ! J’ai positivement adoré votre message, je suis marié depuis 24 ans, pas de bien immobilier, des enfants majeurs, les sentiments évoluent, j’ai passé ma vie depuis l’enfance à subir et vivre en vase clos. J’éprouve désormais un irrépressible besoin de m’affranchir de ces dogmes sociaux qui veulent que le couple soit LA référence. Je me dois de franchir le pas et affronter une séparation…

  2. Anonyme
    12 août 2018 / 14 h 05 min

    bonjour à toutes et tous ,je suis Gilles ,un homme donc ça vous l’aviez déjà compris et je vis seul aussi depuis quelques mois aprés plusieurs vies en couple ( 3 en fait !!!) et je crois qu’en fait je viens de trouver (en partie ,rien n’est parfait ) ce dont je suis tombé amoureux .La liberté !!! La liberté simple en fait ,celle qui consiste à ne plus poser aucune question (comme la recherche d’une autorisation) pour les choses les plus simples de tous les jours .Je me lève ,me couche , dort ,dort pas , mange ou pas ,lit la nuit ,etc etc avec une seule contrainte ,c’est que je sois d’accord moi !!! Avouons que c’est plus simple .Alors ok j’ai déjà 54 ans mes enfants sont grands et presque tous complètement autonomes ,ne suis pas riche mais m’assume financièrement donc j’ai tout pour vivre comme cela sans probleme mais je pense (et j’en connais ) que beaucoup de couples pour des raisons obscures ou pas continuent de vivre sous le meme toit sans plus beaucoup d’amour ni sentimental ni sexuel .Je vis autre chose et me reconnais dans beaucoup de témoignages ici.Alors oui tout n’est pas parfait bien sûr mais quel pied d’avoir cette liberté la …..Bonne journée à tous et vive la liberté !!!

  3. Anonyme
    5 juillet 2018 / 23 h 13 min

    Bonsoir,

    Comme Gen, j’ai lu tous les messages de cette discussion et je vous remercie pour vos témoignages.
    La solitude choisie peut être stimulante, permettre de renouer avec l’individualité qui s’était un peu dissoute dans le couple.
    Mais lorsque cette solitude n’est pas désirée alors c’est tout autre chose. Et le sentiment de ne vivre désormais qu’à moitié ma vie ne me quitte pas.
    Il y a 6 ans , j’ai décidé de mettre fin à une longue vie de couple qui s’était enlisée dans une indifférence polie parsemée de quelques orages. Nous avions deux enfants.
    Je suis tombée follement amoureuse d’un homme et cette passion m’a aidée à prendre l’initiative de la rupture. Il était l’incarnation de ce que j’avais recherché toute ma vie sur le plan affectif et je crois bien n’avoir jamais ressenti une telle plénitude. Je lui donnai toute ma confiance et le parais de toutes les vertus… et il est parti avec une autre, de 21 ans ma cadette. La blessure fut terrible. Je passerai sur les nuits blanches à sangloter en fumant cigarettes sur cigarettes. Au petit matin je reprenais le chemin du travail en passant devant la maison où ils avaient emménagé tous les deux (qui se situait à la campagne à 500 mètres de notre maison) et je le voyais ensuite au bureau puisque nous étions collègues !!!
    Autant dire que la souffrance était atroce : il n’avait pas eu l’élégance de demander sa mutation (moi je n’avais pas la force de m’investir dans d’autres missions tellement j’étais sonnée) et il vivait à quelques mètres de ce qui fut la maison de notre bonheur.
    Autant dire que le travail de deuil a été compliqué pour moi, même si j’ai déménagé depuis. Nous sommes cependant toujours collègues et il m’est très difficile de croiser son regard ou de lui adresser la parole.
    Donc depuis plus d’un an je suis seule et, malgré ma famille, mes amis, ma capacité à faire des projets et des sorties, à aller vers les autres, malgré mon gout pour la lecture, le cinéma, ma passion pour le chant, un sentiment effroyable de solitude ne me quitte pas. Cette solitude c’est le manque de l’altérité dans ce qu’elle a de plus impalpable parce qu’elle touche à notre besoin vital d’affect. C’est se sentir vivant dans un regard et dans un geste.
    Je joue le jeu social, je donne le change pour ne pas peser davantage sur mon entourage qui a constaté ma détresse. Mais un vide existentiel m’habite désormais.
    Je ne pourrais plus jamais donner ma confiance comme j’ai pu la donner et suis condamnée à flotter dans cette ambivalence : le besoin de l’autre et la certitude que cela ne pourra plus jamais arriver puisque mon regard a changé.
    Merci de m’avoir lue.

    • Anonyme
      15 août 2018 / 16 h 20 min

      bonjour ,juste pour vous dire qu’on ne sait jamais ,l’amour à ceci de magique qu’il peut nous faire passer du grenier au puits c’est vrai mais dans l’autre sens aussi .En tout cas c’est ce que je vous souhaite afin de supprimer les cigarettes et surtout les sanglots …

  4. gen
    5 mai 2018 / 6 h 34 min

    Bonjour,

    j’ai lu tous les messages et j’ai trouvé cela inspirant… j’ai 39 ans, mon copain m’a laissé après 13 ans de vie commune… je ne m’attendais jamais à cela, au contraire je m’aurais plutôt attendu à ce qu’il me demande en mariage… puisque on avait une belle vie, belle chimie, belle vie sexuelle… un an auparavant, il me disait à quel point il était heureux de notre vie et qu’il ne voudrait pas la vivre avec aucune autre personne que moi. Je trouvais que je faisais ressortir le meilleur de lui-même et qu’il faisais ressortir le meilleur de moi-même…Donc, lorsqu’il m’a annoncé qu’il ne ressentait plus rien pour moi et qu’il était malheureux au point de pleurer tous les jours au travail , je n’ai rien compris…une bombe nucléaire à faite exploser mon cœur….je n’ai pas eu une enfance facile, j’ai beaucoup vécu d’abandon dans ma vie et cette séparation, je la vis comme un autre abandon… je pensais avoir trouvé mon âme sœur… je croyais sincèrement qu’on serait là un pour l’autre jusqu’à la fin….Bref aujourd’hui, après plusieurs mois, cela me fait encore tellement mal que je ne sais pas comment je pourrai à nouveau faire confiance à un homme sans vivre dans la peur d’être abandonnée à nouveau…je regarde autour de moi et je ne retrouve dans aucun homme une parcelle de ce qui me rendait heureuse avec mon ex…je ne comprend rien à ce qui c’est passé entre nous, malgré ces explications, en fait personne ne comprends…. j’ai abandonné l’idée de partager ma vie avec une autre personne. Je rêve en secret qu’il revienne en disant qu’il a fait la plus grosse erreur de sa vie, mais je sais que cela ne se reproduira jamais, car lorsqu’il prend une décision cela est toujours réfléchi.Présentement je veux juste vivre pour moi et apprécier la vie, c’est pour cela que je vous trouve inspirantes… j espère trouver la paix et la joie à nouveau à l’intérieur de moi. merci pour vos partages.

    • Sophie
      Auteur
      10 mai 2018 / 17 h 58 min

      Bonjour Gen, merci pour ce témoignage émouvant et sincère. Sois la bienvenue sur mon blog. Je suis ravie que certains de mes articles t’inspirent. Je crois que l’on ne peut jamais deviner ce que l’autre ressent vraiment. Parfois, oui on tombe de haut. Je crois qu’il n’y aura qu’au moment où tu auras fait le deuil de cette relation que tu te sentiras plus zen pour penser à autre chose ou à quelqu’un d’autre. Pense surtout à toi. Moi, j’ai pris beaucoup de plaisir à m’écouter et me faire plaisir.
      Bises

  5. 3 avril 2018 / 19 h 08 min

    I must thank you for the efforts you’ve put in writing this blog.
    I really hope to view the same high-grade content from you later on as well.

    In fact, your creative writing abilities has motivated me to
    get my own, personal blog now 😉

  6. libellule
    18 mars 2018 / 14 h 25 min

    Je vis en couple depuis 33 ans avec un homme dépressif, je suis sur le chemin de vouloir vivre seule, mes enfants grandissent et je veux enfin m’occuper de moi !! J’espère arriver à lui faire comprendre, car il est dans le denit. J’ai besoin de me retrouver, de vivre pour moi. De m’occuper de moi. Ne vous embrasse.

    • Sophie
      Auteur
      18 mars 2018 / 14 h 29 min

      Je comprends tout à fait votre état d’esprit. On se sent souvent “prisonnière” avec un homme dépressif, que va-t-il faire si je pars….
      bises

  7. Anonyme
    25 janvier 2018 / 6 h 01 min

    vis ta vie 🙂 profite

  8. Dupont
    23 janvier 2018 / 16 h 47 min

    Je viens de lire votre blog. bravo je partage tout à fait votre point de vue. J’ai 48 ans et je me suis séparée il y a 5 ans du père de mes 3 enfants après 23 ans de vie commune. La décision a été longue et difficile à prendre mais je ne l’ai jamais regrettée.
    J’ai rencontré un autre homme peu de temps après et nous nous voyions environ tous les 10 jours car nous n’habitions pas la même région. Cette relation me convenait car elle me permettait de m’occuper sereinement de mes enfants et d’avoir du temps pour moi sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit. Mais cet homme a été muté à l’autre bout de la France et là, la relation risquait de ne pas pouvoir se poursuivre et donc je risquais de le perdre. Depuis 1 an, j’ai franchi le pas en le suivant à l’autre bout de la France suite à sa mutation. J’ai tout laissé pour le suivre. Mon petit dernier qui aura 18 ans cette année n’a pas voulu me suivre et est resté avec son père.
    Je ne vis pas forcément bien cette situation tous les jours car mes enfants, ma famille, mes amies et mon ancien travail me manquent parfois beaucoup. Je regrette aussi parfois de ne plus avoir la liberté que j’avais auparavant mais l’idée de perdre cet homme qui lui ne veut plus vivre loin de moi m’est très difficile à supporter.

    • Sophie
      Auteur
      24 janvier 2018 / 12 h 02 min

      Bonjour Karine (car je crois que le commentaire suivant est à toi aussi?). Je trouve cela difficile de devoir choisir entre ses enfants et l’homme que l’on aime ! N’hésite pas à venir donner des nouvelles ici pour nous dire comment cela se passe.
      Bises

  9. Parisien
    29 octobre 2017 / 20 h 11 min

    Vivre seul mais avec quelqu’un dans sa vie c’est très différent que d’être vraiment seul. Moi j’ai rencontré quelques déceptions avec les femmes (désir de domination dans le couple, dénigrement, les problèmes de couple viennent d’abord des hommes, etc.) pourtant sous des aspects respectables et sociables. Depuis je suis devenu méfiant, Etre seul cela me rend plus lucide, plus prudent et plus fort. La solution c’est être très sélectif, savoir dire non et savoir prendre la décision de partir si le désir de construire n’est plus partagé. La vraie solitude est un facteur de déclassement chez les humains.

    • Sophie
      Auteur
      29 octobre 2017 / 20 h 36 min

      Je suis complètement en accord avec ton analyse. Mon billet concernait tout à fait le fait de vivre seule mais en ayant une relation amoureuse. Savoir se garder des moments à soi sans etre fusionnels pour moi c’est une chance pour un couple.

  10. Franky Bali
    28 septembre 2017 / 21 h 14 min

    Ce sont des femmes qui parlent de liberté alors que c’est surtout vous qui voulez des enfants? A moins que vous ne vous serviez des hommes que pour faire des bébés et puis une fois qu’ils sont élevés et bien on a plus besoin de notre petit salaire de con.
    Bonne chance dans votre vie future lol.

    • Sophie
      Auteur
      28 septembre 2017 / 23 h 59 min

      Bonjour Franky,
      Tu dois etre tres en colère en ce moment dis-moi…
      Juste une réponse à ton commentaire: à notre époque, de plus en plus de femmes n’ont pas besoin du petit salaire de con du mari.
      Bonne chance aussi pour ta vie future, et reste zen.

  11. Marie
    29 juillet 2017 / 12 h 27 min

    Comment supporter la solitude quand on a été portée par l’amour de son conjoint pendant 30 ans et que celui-ci part subitement emporté par la maladie. On peut essayer de refaire sa vie mais trouver la bonne personne est-ce possible. Il y a parfois des mirages qui nous laissent sur notre faim car ce n’était pas “lui”. Et on est confrontée de nouveau à la solitude qui nous laisse un sentiment d’étouffement. On commence à manquer de confiance en soi, en son jugement sur les personnes, et quand on perd aussi cette petite lumière au fond de notre être on se sent terriblement vulnérable et on fuit les contacts pour éviter les déceptions. Apprendre à vivre seule après un certain âge est très difficile au quotidien quand on est “vraiment” seule. Car il faut s’aimer avant tout et oublier d’exister à travers les yeux de quelqu’un d’autre.
    Marie

    • Sophie
      Auteur
      29 juillet 2017 / 20 h 28 min

      Merci pour ton long commentaire Marie. Il me fait vraiment plaisir car j’aime échanger avec mes lectrices.
      Il est vrai que ma problématique n’était pas du tout la même que toi. J’ai choisi ma séparation, donc forcement je l’ai vécue tout autrement.
      Je comprends que les choses soient tout à fait différentes pour toi. Cependant, je sais, c’est facile de le dire et tout le monde doit te le répéter, mais un jour ou l’autre la vie continuera et tu goûteras de nouveau aux plaisirs de la vie, même seule.
      S’aimer est difficile oui, il faut se reconstruire sans le regard de l’être aimé et qui nous aimait. Le temps est là pour y arriver.
      N’hésite pas à revenir me donner des nouvelles ou rebondir sur ma réponse.
      Bise
      Sophie

  12. Sylvie
    22 mars 2017 / 22 h 25 min

    J’ai quitté mon mari après 26 ans de vie commune et trois enfants .. si certains jours cela n’a pas été facile , je ne regrette rien , j’ai un ami mais je préfère vivre seule à mon rythme , je sais que la liberté n’a pas de prix , les contraintes financières sont plus lourdes seule mais les plaisirs de cette liberté n’ont pas de prix . il est certain que cette façon de vivre n’est envisageable qu’à un certain âge . Aujourd’hui Je ne me sens pas encore capable de me remettre en couple .

    • Karine
      23 janvier 2018 / 17 h 03 min

      Je vous comprends parfaitement. J’ai vécu la même chose et puis un jour, j’ai franchi le pas. Mon ami a été muté à l’autre bout de la France rendant notre relation très difficile puisqu’on ne pouvait se voir que lorsque nous étions en congés. Alors pour ne pas le perdre, je l’ai suivi… Décision compliquée à prendre que je regrette parfois à cause de l’éloignement de ma famille, de mes amis et du boulot que j’ai du quitter. Il est vrai aussi que ce sentiment de liberté que j’avais enfin retrouvé après 3 enfants et 23 ans de vie commune me manque aussi.

  13. Stéphane
    18 mars 2017 / 15 h 28 min

    Chacun voit midi à sa porte mais moi je ne vois pas ce qu ‘il y a de bien de vivre seul c’est tellement mieux de partager les choses bonnes ou mauvaises à deux ou en famille l’êre humain a besoin d’être aimé et soutenu pour avancer

    • Sophie
      Auteur
      20 mars 2017 / 14 h 01 min

      Je suis bien d’accord avec Stéphane (homme ou femme d’ailleurs?). Dans ce billet j’ai juste listé ce qui me plaisait à vivre seule (surtout après 30 ans de vie commune !!). Mais le terme vivre seule signifie plutôt habiter seule, car j’ai un compagnon, nous n’habitons pas ensemble par choix, j’ai de grands enfants dont l’un est revenu habiter avec moi. Je partage beaucoup de choses avec mes amis. Vivre seule ce n’est pas vivre en ermite pour moi 🙂
      Bises Stéphane

      • Anonyme
        21 mars 2017 / 1 h 52 min

        Oui cette precision est bien utile.En ce qui me concerne je me sens finalement bien plus entouree (par mes amis ma fille)que par mon mari avec qui j ai partagé 32 ans de vie commune. .!jamais d ailleurs je n aurais pu il y a un an seulement imagiber cela!

  14. Anna
    22 janvier 2017 / 11 h 08 min

    Bonjour…
    En effet je pense que le solitude chez une femme peut être très bien vécue. .. Je dirais que c’est le manque d’amour qui me pèse le plus. Vous savez ces gestes tendre qui vous font du bien😉…
    42 ans …seule…jamais trop de chance en amour. Que l’on fini par en perdre confiance en sois… Et oui la vie pourrait être quand mm belle… Mais quand en plus les fins de mois sont difficile malgré un travail à plein temps dans le social… Là ce se complique, et vu les conjonctures actuelles et des factures à payer…on mord sur sa chique!.. Si vous avez des solutions…je suis preneuse. Car là j-ai juste envie de partir loin…😊😊😊

  15. kirikou
    4 janvier 2017 / 22 h 28 min

    Au début tout était magique…..puis 22 ans de tristesse cet de détresse….cela s’installe sans qu’on s’en aperçoive au début et en plus on s’arrange pour me faire culpabiliser, ……….,j’ai le nez dans le guidon pour assurer les enfants, le ménage, le boulot, les courses etc afin d’être parfaite, car on attend cela de nous, les femmes multifonction , les “femme-maman-amante-ménagère-et j’en passe”, c’est la “normalité” parait-il……….
    Malade 9 mois, j’ai enfin ouvert les yeux et pris conscience que je “mourrais” à petit feu et qu’il fallait que je me sauve……
    J’ai pris mon courage à deux mains, je suis partie, personne n’a compris, j’en ai bavé car on m’a mis des bâtons dans les roues et on a rejeté sur moi tous les malheurs, mais j’ai tenu bon……..et yes….je suis heureuse à présent.
    Je pense enfin à moi, m’occupe de moi, me fais plaisir, m’offre des fleurs, vais en vacances, vais aux expos, cinéma, théâtre, revois des amies et amis, découvre des passions, m’investis dans des associations etc…
    Bref, j’ai appris à me ré-apprivoiser, m’écouter, dire “non” si nécessaire, et me pose souvent pour mettre un mot sur mon ressenti existentiel, un genre de moment de “pleine conscience” et une phrase revient souvent en tête ” mon dieu que je me sens bien”.
    Cela fait 9 ans que je suis partie, et depuis j’ai rencontré un homme avec lequel j’ai vécu 4 ans mi-temps mais cela ne m’a plus convenu au bout d’un moment et l’ai quitté. Je sais que je lui ai fait de la peine mais je n’en pouvais plus. Je me rends compte que je ne supporte plus quelqu’un chez moi car j’aime mon calme, mon confort, mon horaire personnel, et je n’ai absolument plus envie de devoir supporter quelqu’un chez moi.
    Je ne suis pas une extra-terrestre, je suis juste moi et ai décidé de le vivre pleinement.
    Alors oui, tout ceci a un coût et heureusement que j’ai un “job”……et ne suis pas obligée de dépendre d’un conjoint.

  16. Marie-Eve
    22 décembre 2016 / 5 h 46 min

    33 ans et c’est la vision de vie de couple que j’ai. Chacun chez soi sans pour autant ne pas s’aimer ! Par contre mon copin depuis presque 3 ans ne voit pas de la même façon. Il sait comment je vois la vie de couple et je commence a me demander s’il n’essai pas subtilememt de me faire changer d’avis… ce qui serait très domage pour le couple que nous formons. J’apprécie tellement le moment tranquille ou en faisant jouer la musique très fort en arrivant de travailler que je m’en vient a me demander si notre couple dura si je ne déménage pas sous peu avec lui. Je l’aime énormément mais je ne peu pas m’oublier pour quelqu’un mis à part moi car je suis certaine d’une chose : je passerai et mourrai avec une seule et même personne, en locurance, moi….

    • Sophie
      Auteur
      23 décembre 2016 / 19 h 18 min

      Pourquoi es-tu si sûre de finir ta vie seule? La vie apporte tellement de surprises.
      Nous, nous prévoyons d’habiter ensemble à la retraite, car l’âge avançant je trouve que le côté sécurité est important aussi et s’entraider quand l’un des deux est malade, cela me rassurera je crois.
      Bises et merci d’être passée. Je te souhaite de belles fêtes.

      • Marie-Eve
        23 décembre 2016 / 19 h 30 min

        On lis ce qu’on veux bien lire… je n’ai jamais dit que j’allais finir seule ahah !! Je dis que je ne veux pas habiter avec quelqu’un à l’age de 33ans. Je n’ai jamais parlé du futur éloigné non plus mais puisque vous en parlé, je n’ai pas l’intentiin d’habiter seule a 65 ans non plus. Mais d’ici là, oh que oui, avoir un copin qui n’habite pas avec moi avant mes 65ans serait magnifique ! Tout ce que j’ai dis c’est que si mon copin actuel essai de me convaincre d’habiter avec lui avant mes 65ans, on ira pas loin en couple. Je veux prendre soins de moi car je serai la seule avec qui je suis certaine de faire le reste de mes jours ( et encore une fois lisez las ce que vous voylez lire…) mon copin peut mourrir demain, la terre entière peu exploser. La seule personne au monde qui sera toujours avec moi, c’est moi. Alors tout si bien vivre ma vie comme je l’entend et moi c’est habiter seule dans ma maison sans contrainte. Tant mieux si je dors de temps en temps avec mon copin mais dans plus. Tout le monde est différent et pense différemment et c’est temps mieux.

        • Sophie
          Auteur
          23 décembre 2016 / 19 h 53 min

          Ah quand on me parle de mourrir un jour, j’entrevois le futur éloigné! 🙂

  17. Valou
    4 novembre 2016 / 22 h 57 min

    Merci pour ce message, 20 ans de vie commune, et patatra, les chemins divergent, à 51 ans c’est pas facile de se remettre en question, partagée entre l’envie de sauter le pas et la trouille de le faire, c’est peut-être le moment, ne penser qu’à moi, je me retrouve dans vos commentaires, ça rassure un peu, encore merci

    • Sophie
      Auteur
      8 novembre 2016 / 0 h 11 min

      Ce sont des commentaires comme le tien qui me poussent à continuer de bloguer et de partager ma petite expérience de vie. Oui, il faut se rassurer, il est temps de penser à soi à 51 ans, moi j’ai trop attendu.
      Amitiés

  18. 8 juillet 2016 / 8 h 43 min

    J’adore ce post,

    • Sophie
      Auteur
      8 juillet 2016 / 10 h 06 min

      Ah oui? Pourtant tu n’es pas dans ce cas 🙂

      • gren38
        12 juillet 2016 / 13 h 17 min

        Effectivement, mais cela n’empêche en rien d’avoir ses idées 🙂

        • Sophie
          Auteur
          17 juillet 2016 / 17 h 57 min

          Tout à fait 🙂 bises

  19. Regnaut
    8 mai 2016 / 18 h 31 min

    Je suis tout à fait d’accord avec toi le bonheur de se sentir à nouveau libre après plus de 30 ans dé vie commune pouvoir enfin ne pensé qu a soi faire ce que l on veux c est merveilleux

  20. 26 janvier 2016 / 11 h 25 min

    Des fois il m’arrive de rêver à cette solitude ! Mais j’aime trop me coucher contre lui tous les soirs ! Bientôt 25 ans de vie commune.

    • Sophie
      Auteur
      27 janvier 2016 / 12 h 44 min

      Bravo !! Moi à 25 ans j’ai craqué 🙂 et j’aurais du craquer avant 🙂
      bisous Nadine

  21. 23 avril 2015 / 6 h 43 min

    Merci pour ton article.
    J’ai vécu la mêmes chose, il y 15 ans quand mon ex est parti.
    Son départ ma libéré, je me suis redécouverte, je m’occupe de moi .
    Quelle plaisirs de vivre seule, depuis j’ai rencontre mon amoureux mais je pars souvent seule quelques jours.
    Seule a me balader dans paris, une vrai plaisirs.
    Dans un couple, il faut des moments de solitude et de liberté.

    • 23 avril 2015 / 14 h 52 min

      Bien d’accord avec ce que tu dis, merci de ton commentaire.

  22. 11 avril 2015 / 16 h 50 min

    Mon métier m’a obligée à me déplacer et à vivre seule. Je trouve que c’est une chance. J’ai appris jeune à me connaître – en petite partie 🙂 Avec le recul, je me dis que jamais je n’aurais pu vivre en couple à 20 ou 30 ans. Beaucoup trop lourd. Maintenant, c’est différent. J’ai fait le chemin inverse du tien 🙂 Et à 40 ans, les conventions sont souvent moins fortes, ce qui permet au couple de respirer, et de vivre sa vie.

    • 15 avril 2015 / 15 h 14 min

      Je suis tout à fait en accord avec ton analyse du couple. 🙂

  23. lilabulle
    11 avril 2015 / 8 h 12 min

    J’ai découvert ton blog il y a peu de temps, et comme je me reconnais dans tous ces articles! Je n’avais pas commenté jusque là, mais cet article prend une résonnance toute particulière pour moi puisque je viens de me séparer de mon mari après 25 ans de vie commune… Comme toi, ça ne “fonctionnait” plus, on vivait “à côté” sans jamais partager, mais sans drame… J’ai mis 3 ans à avoir le courage de sauter le pas, la peur de l’inconnu, de la solitude… Merci pour cet article si positif, je vais m’en inspirer!
    Valérie

    • 11 avril 2015 / 9 h 29 min

      Tu vois, Lilabulle, ce sont des commentaires comme le tien qui me pousse (parmi d’autres motivations) à continuer mon blog. Je te souhaite d’abord la bienvenue dans mon petit monde de quinqua.
      Tu as attendu 3 ans pour partir… j’admire, car moi il m’a fallu 15 ans. Suis un peu trouillarde 🙂 ou enfin, je l’étais:). Maintenant, je me dis que j’aurais du oser avant mais on ne refait pas les choses.
      On peut tellement vivre seule en étant en couple !! c’est douloureux, déprimant. Autant vivre seule en s’écoutant, en vivant pour soi, mais pas pour un autre qui est devenu un étranger.

  24. 10 avril 2015 / 18 h 58 min

    C’est une très belle remise en question, mais comme toute situation seule ou en couple il y a des avantages et des inconvénients avec lesquels il faut faire. La vie est belle, dure mais il faut arriver à la savourer car elle passe bien vite. Bon week end

    • 11 avril 2015 / 9 h 26 min

      Oui, elle passe vite, trop vite c’est ce que je n’arrête pas de dire à mon homme :). Il faut profiter !!!
      Bienvenue sur mon blog Caneylle.

  25. 10 avril 2015 / 15 h 48 min

    Je suis entièrement d’accord avec toi ! Et sur tous les points que tu abordes. En fait, j’aurais pu écrire cet article (bon, en admettant que j’ai ton talent d’écriture) 😉

    • 10 avril 2015 / 17 h 01 min

      Rhooo je n’ai aucun talent spécial, et je t’ai lu sur ton blog, oui, tu aurais pu l’écrire:) et tu peux encore 🙂

  26. 10 avril 2015 / 11 h 05 min

    J’adore me retrouver seule de temps en temps, j’ai beaucoup de mal à être en permanence avec quelqu’un !

  27. Chocolasco
    10 avril 2015 / 9 h 08 min

    J’ai lu très attentivement tout l’article, il a résonné en moi qui “était celle que vous décrivez” au début de ma “solitude”, mais cette euphorie a duré ce que dure les roses et c’est dire… en tout cas bien moins longtemps que n’aura duré l’équilibre même hésitant de ma relation de couple, avec l’expérience donc le recul, je citerai Alfred de Musset

    “je ne sais pas où va mon chemin, mais je marche mieux quand ma main serre la tienne.”
    De là, à vivre ensemble ou non…je n’entrerai pas dans le débat sauf qu’il me semble que vivre ensemble implique d’avantage d’amour que de vivre ensemble-séparé.

    • 11 avril 2015 / 9 h 25 min

      Oui, je suis bien d’accord avec toi sur le fait que vivre ensemble demande un engagement énorme de sa vie et donc oui, il faut surement beaucoup aimer. Mais s’aimer en ne vivant pas ensemble demande aussi beaucoup de confiance l’un envers l’autre, et je pense que c’est une façon d’aimer différente que de vivre en couple.
      Par exemple, avec mon ex mari, je vivais en couple, mais je n’aurais jamais eu une telle confiance en lui pour supporter sereinement une vie séparée. Avoir confiance en l’homme que l’on aime, c’est aussi une forme d’amour très fort selon moi.
      Je ne sais pas si je suis très claire sur ce coup là 🙂 j’écris de façon tout à fait spontanée sans trop réfléchir :).
      Merci pour ton passage.

      • Chocolasco
        13 avril 2015 / 9 h 16 min

        Oui, oui, très clair 🙂 et très juste… Bonne continuation sur votre chemin!

  28. 10 avril 2015 / 7 h 02 min

    Un bel article qui incite à la réflexion ! Comme toujours, il y a un pour et un contre. Mais il faut certainement le vécu et une certaine maturité pour faire ce choix, parce que jeune et amoureux, on a envie de se fondre dans un couple !

    • 11 avril 2015 / 9 h 21 min

      De toutes façons, je navigue toujours entre les pours et les contres :). J’ai du mal à avoir un avis tranché. Là, en ce moment, je suis certaine de moi, c’est la solution de vie qui me convient , mais à un autre moment, je peux aussi changer d’avis.
      En tous cas, là, en ce moment, cela m’aide à me reconstruire tout simplement.
      Merci pour votre passage.

  29. 9 avril 2015 / 19 h 41 min

    Je suis en couple et je savoure surtout les moments sans enfants. Les obligations venaient surtout des enfants. A deux maintenant, c’est beaucoup plus cool, on fait ce qu on a envie à deux ou pas.

    • 10 avril 2015 / 13 h 27 min

      C’est signe que vous vous aimez toujours. 🙂
      Les enfants étaient grands et je ne me voyais pas continuer seule en couple. 🙂
      Merci pour ton passage.

  30. 9 avril 2015 / 16 h 28 min

    Entièrement d’accord avec toi, la vie seule a plein de côtés agréables et valorisants pour soi-même, et tellement moins de contraintes que la vie en couple ! Mais peut-être faut-il avoir un certain âge pour le réaliser, ou avoir déjà fait son expérience de vie de couple et sans doute aussi, ne pas avoir tendance à dépendre d’un homme !!! Je connais certaines femmes qui ne peuvent vivre sans un homme… et à ce moment, leur solitude est vraiment un drame !
    Pour ma part, vive ma “solitude” !!!

    • 10 avril 2015 / 13 h 26 min

      Bien d’accord avec toi, le fait d’avoir déjà fait une longue expérience de vie de couple joue beaucoup dans mon choix et dans la façon de le vivre.
      Merci pour ton petit mot, j’aime lire vos réactions.

    • Duboscq
      15 janvier 2018 / 14 h 30 min

      Bonjour
      Je decouvre votre blog.
      Voila j ai un compagnon depuis presque 3 ans nous nous voyons tres irregulierement car il vit en belgique et moi en provence. Quand je vais chez lui je me sens mal et cettz vie a 2 me pese. Je prefere mon independance et faire ce que je veux quand je veux. J ai ete marie 2 fois j ai 64 ans et ne veux plus subir un homme. Mon compagnon est adorable mais je ne sais plus quoi faire car je vais le faire souffrir il est tresxamoureux moi moins. Dur cette experience a 65 ans.

  31. 9 avril 2015 / 14 h 07 min

    Coucou j’adore ton article que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt. Il résonne énormément en moi car j’ai eu quasiment le même parcours, 25 ans de vie commune, deux enfants, la solitude a deux, ce qui pour moi était la pire des choses.
    Puis la séparation, le divorce, une belle rencontre d’un homme qui me respecte et avec qui j’ai refait ma vie, une maladie et finalement à 51 ans je suis heureuse, philosophe, beaucoup plus sereine.
    Par contre, j’ai fait le choix de vivre avec mon amoureux, de retenter le pari de partager le même toit. Je ne le regrette pas une seule seconde mais je comprends ton désir de “solitude” et d’indépendance.
    Je suis quelques bloggeuses sur la toile mais je t’avoue que tu es une des rares dont j’aimerais faire la connaissance. Un jour peut être aurons nous la chance de nous croiser.
    Bizz a toi

    • 10 avril 2015 / 13 h 24 min

      Oh comme c’est gentil ce que tu me dis là ! Je dirais: pourquoi pas? un jour peut-être. 🙂
      Sinon, oui, la solitude à deux, je l’ai connu durant de longues années, j’étais malheureuse.
      Si je n’ai pas encore passé le pas de la vie sous le même toit avec mon nouvel homme, c’est que nous ne sommes pas encore prêts pour plein de raisons personnelles. Mais, j’avoue que cette parenthèse de solitude, ce sas avant une autre vie me convient et m’est très salutaire en fait.

      • Fabienne
        19 janvier 2017 / 1 h 50 min

        Bonsoir, moi, vois tu, je n’ai jamais aimé la solitude c’est pourquoi les premiers temps ont été si durs. Et maintenant, je me demande parfois si je pourrai à nouveau vovre avec qqun…

        • Sophie
          Auteur
          21 janvier 2017 / 10 h 14 min

          Si tu te poses cette question, c’est que tu commences à prendre du plaisir dans ton indépendance 🙂
          Bises

  32. 9 avril 2015 / 13 h 57 min

    J’adore! Je suis mariée depuis 31 ans et si je suis contente de ma vie en partie, je suis d’accord avec ta façon de voir l’amour sans les contraintes de la vie à deux! Tout ce que tu décris là, je pense exactement la même chose! Si je devais poursuivre le chemin toute seule, c’est ainsi que je le vois! Bravo! <3

    • 10 avril 2015 / 13 h 19 min

      Je crois qu’il faut pas mal de conditions pour pouvoir appréhender le chemin seule de cette façon. Une séparation voulue pas subie, c’est déjà le point de départ positif.
      Merci pour ton passage, il me fait très plaisir.

    • Serre
      6 novembre 2016 / 20 h 16 min

      Bonjour
      Tres bel article..apres 32 ans de vie commune je me retrouve seule avec dans un premier temps un sentiment d abandon effroyable .pourtant trzs rapidement, j ai ressenti l enorme soulagement de ne plus subir les disputes et l hostilité latente de mon epoux..Un an plus tard je prends de plus en plus de plaisir à etre seule..Exactement ce que voys decrivez..je n ai pourtant toujours pas fait le deuil de cet amour immense que je portais à mon mari..alors .lire sous votre plume..qu il est possible de retrouver un nouvel amour me redonne le l espoir et je vous remercie de ce témoignage. ..Bien amicalement. .

      • Sophie
        Auteur
        8 novembre 2016 / 0 h 13 min

        Je pense profondément qu’il est plus facile pour une femme de se retrouver seule car nous y trouvons beaucoup de plaisir après avoir passé des années à ne penser qu’aux autres (le mari et les enfants).
        Oui, bien entendu il est possible de retrouver l’amour, pourquoi cela ne serait-il pas possible? A 50 ans, nous avons la vie devant nous encore 🙂

        • Serre
          29 novembre 2016 / 18 h 20 min

          Merci de ta réponse..pourquoi douter du fait de retrouver l’amour??tout simplement parce que la désillusion est à la mesure de l’engagement et de la ténacité que j’ai engagés pour faire vivre et survivre mon couple..et que découvrir à 58 ans ( pas 50!) que l’amour de ma vie ne l’était plus depuis longtemps .;mais avait omis de me le dire, est une bonne raison en soi!!!

    • Fabienne
      19 janvier 2017 / 1 h 47 min

      Je vis seule à temps partiel puisque garde alternée de mon cadet qui aura bientôt 15 ans depuis presque 2 ans.
      beaucoup de difficultés au départ malgré un nouveau chéri qui bosse énorrrrrmément. Beaucoup de pleurs. Le désir d’une vie commune. La nostalgie d’avant, le couple et tout ce que ça implique de positif. Mais depuis quelques semaines, je me sens différente, j’apprécie de pouvoir faire ce qui me plait sans en parler à qui que ce soit. J’aime me coucher à l’heure qui me plait. J’aime ne pas partager mon lit, l’avoir pour moi toute seule. Il y a qques années un psy m’a dit de devenir plus égoïste. Eh bien je crois que j’ai enfin réussi ! C’est peut-être le secret su bonheur !
      Merci pour votre message en tout cas, il est plein d’espoir
      cdt
      fabie la plus jolie 😆

      • Sophie
        Auteur
        21 janvier 2017 / 10 h 13 min

        Bonjour Fabienne, merci pour ton passage 🙂
        Tu sais, en ce moment, Namoureux comme j’aime le surnommé passe plusieurs jours par semaine chez moi. J’en suis heureuse, mais je suis aussi heureuse quand je retrouve mon appartement juste pour moi !! et mon lit juste pour moi !!
        Je crois que devenir égoïste demande un apprentissage (enfin, on va dire pour nous les femmes lol) et peut-être es-tu en train de faire ce délicieux apprentissage 🙂
        Bises

    • Richon petra
      1 février 2017 / 7 h 18 min

      Je trouve que c’est formidable ce que vous avez écrit et je suis tout à fait d’accord avec vous.
      j’étais marié 35 ans et aujourd’hui de ne pas dépendre d’une personne me donne la Liberté.
      Je peux enfin décider ce que j’ai envie de faire et d’être près de mes enfants et de me tourner vers les personnes qui ont besoin .de moi.
      Je fais tout à fait confiance à la vie et parce que j’ai la foi je crois de mon avenir.
      Il y a une raison pourquoi on dit l’espérance fait vivre.
      Et le soir quand je me couche je m’endors avec un sentiment de paix, de confiance et de sérénité et surtout de l’amour.

Et si tu me laissais un petit mot?

%d blogueurs aiment cette page :