Dépistage : pensez-y…

tribulationsdunequinqua depistage cancer sein

Si vous suivez Tribulations d’une quinqua depuis un moment, vous êtes au courant de mes aventures médicales ( doux euphémisme).

Il y a maintenant un peu plus de 2 ans, on me retirait le sein droit, je vous l’ai raconté ICI.

tribulationsdunequinqua depistage cancer sein

On ne peut pas dire que j’ai un bon souvenir de cette année 2016, mais je peux déclarer maintenant que c’est l’année 2015 qui m’a certainement sauvé la vie (même si ensuite 2016 m’a pris un sein).

En 2015, j’avais 52 ans. Le courrier de la sécurité sociale m’invitant à réaliser le dépistage je l’avais encore reçu et je l’avais rangé au fond d’un tiroir comme les années précédentes.

Puis, ce fut Octobre Rose….  et avec mon bon caractère éternel, je râlais contre ce matraquage organisé pour nous culpabiliser, nous les femmes qui avions reculé devant cet examen.

Et, je ne sais même plus pourquoi, fin octobre 2015, j’ai ressorti le courrier du tiroir. Et j’ai enfin effectué ce fichu dépistage. Il m’a certainement sauvé la vie.

tribulationsdunequinqua depistage cancer sein

Personnellement, la période la plus dure émotionnellement fut celle de l’attente du résultat final. Car quand le radiologue a un doute, il vous convoque pour une vérification, une échographie, puis il vous envoie faire une biopsie. Et là, il faut attendre, attendre….

Quand les résultats vous sont annoncés, là l’émotion est au paroxysme, mais là, enfin, vous allez pouvoir être active et non plus attentive. Là, les traitements vont s’organiser, vous savez que vous allez vous battre pour guérir.

Le cancer du sein est le cancer à la fois le plus fréquent et le plus mortel chez les femmes. Chaque année en France, 54 000 nouveaux cas sont détectés,

et près de 12 000 femmes en décèdent.

Sur 100 femmes de 50 ans, 3 développeront un cancer du sein dans les 10 ans.

Guérir d’un cancer du sein dépend de plusieurs facteurs, dont l’âge, la taille et le type de la tumeur, le stade de la maladie (atteinte de la peau, nombre et situation des éventuels ganglions envahis, métastases dans d’autres organes).

De manière générale, plus les cancers du sein sont détectés tôt et plus les chances de guérison sont importantes.

La survie à 5 ans est de 99% pour un cancer du sein détecté à un stade précoce, elle est de 26% pour un cancer métastasé.

Franchement, ces statistiques font réfléchir non?

Le dépistage organisé s’adresse aux 10 millions de femmes de 50 à 74 ans ne présentant pas de facteurs de risque (autre que l’âge) ni de symptômes. (je n’avais décelé aucun symptôme).

Le dépistage consiste en une mammographie et une palpation des seins chez un radiologue agréé.

Le dépistage est gratuit, il est directement pris en charge par la Sécurité Sociale.

tribulationsdunequinqua depistage cancer sein

J’ai essayé de vous partager le plus d’informations utiles sur le sujet.

Si vous vous posez encore des questions, l’Institut national du cancer met à votre disposition un site où vous trouverez des réponses : cancersdusein.e-cancer.fr

“Savoir, c’est pouvoir agir.”
On a toutes le choix d’aller ou pas se faire dépister.
Moi, j’ai choisi d’y aller parce que j’en avais assez de reculer devant la vérité.

J’ai eu la chance d’être diagnostiquée avant que ce crabe n’aille atteindre d’autres organes.

Si j’avais encore rangé cette invitation au dépistage dans le tiroir?

Si cette fois, je n’avais pas pris mon courage à deux mains pour me rendre chez le radiologue…

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

Cure post-cancer La Roche-Posay

Il y a une dizaine de jours, ,j’ai eu la chance de visiter les thermes de la Roche-Posay pour découvrir la cure post-cancer.

Mais, sachez que les cures thermales à la Roche-Posay sont diverses et permettent de soigner et améliorer beaucoup de problèmes de peau (psoriasis, sécheresses, brûlures… ). Le centre de la Roche-Posay est d’ailleurs le 1er centre européen de dermatologie thermale.

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

Nous étions un petit groupe de blogueuses invitées par l’agence Sobang et le centre de la Roche-Posay. Toutes nous étions concernées ou avions été concernées de près ou de loin par le cancer.

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

Ce week-end fut extrêmement intéressant et agréable puisque nous avons eu le plaisir en prime de bénéficier de soins au Spa Les sources.

Si vous avez été touché un jour par ce crabe, vous avez certainement du entendre parler des Thermes de la Roche-Posay. On peut trouver plusieurs flyers dans les hôpitaux et souvent les infirmières d’annonce nous parlent de cette possibilité.

Mais pourquoi une cure post-cancer?

Malgré les progrès obtenus ces dernières années dans les traitements du cancer, des manifestations cutanées peuvent perdurer. Le centre thermal de la Roche-Posay a développé une prise en charge adaptée à ces séquelles et problèmes de l’après-traitement.

  • Les suites de chirurgie : accélération de la cicatrisation, amélioration des cicatrices pathologiques, réduction du lymphoedème résiduel du bras, des jambes ou du cou. Amélioration de la mobilité. Préparation cutanée à une reconstruction.
  • Les suites de radiothérapie : traitement des radiodermites, cicatrisation des mucites post-irradiation ORL, amélioration de la souplesse cutanée et réhydratation de la peau.
  • Les suites de chimiothérapie : amélioration de la sécheresse de la peau et des muqueuses, réduction des effets cutanés des traitements, réduction des dysesthésies et neuropathies périphériques, réduction des douleurs osseuses et musculaires, accélération de la repousse des cheveux, des ongles..

Quels cancers sont concernés ?

  • cancer du sein
  • cancers gynécologiques
  • cancers digestifs
  • cancers orl
  • cancers cutanés
  • cancers hématologiques

Mais pourquoi à la Roche-Posay?

La Roche-Posay c’est une petite ville à une 50aine de kilomètres de Poitiers et à 20 kilomètres de Châtellerault (1h30 de Paris en TGV) .Une partie de la ville est fortifiée.

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

La richesse de cette ville? Son eau !!

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

L’eau thermale de la Roche-Posay est utilisée depuis plus de 5 siècles pour ses vertus sur la peau. Elle est puisée à des profondeurs de 30 à 80 mètres.

On la surnomme l’eau de Velours. Elle a en effet des teneurs uniques en sélénium et en silice qui ont des propriétés anti-inflammatoires et apaisantes.

Vous connaissez d’ailleurs certainement les produits cosmétiques La Roche-Posay qui utilisent cette eau .

Comment se passe une cure à la Roche-Posay?

  • Dès le premier jour de la cure, vous avez rendez-vous avec le médecin-dermatologue qui vous suivra tout au long des 3 semaines. (Oui, pour être prise en charge par la sécurité sociale, la cure thermale doit durer 3 semaines, c’est le temps correct pour une bonne thérapie).
  • Selon vos pathologies, le médecin vous prescrira alors différents soins thermaux. Chaque jour, vous verrez ce médecin au début de vos soins pour un suivi de qualité.
  • Les soins thermaux :

La douche médicale filiforme : c’est une douche (on va dire une douche énergique! 🙂 faite donc par le dermatologue qui vous suit (c’est à ce moment là que vous pouvez lui poser toutes vos questions, vos interrogations). Cette douche doit débuter chaque journée de traitements , elle est drainante et assouplissante et elle active le renouvellement cellulaire.

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

Les pulvérisations (faciales ou générales) : elles sont apaisantes et adoucissantes.

 

Les pulvérisations périnéales : elles apaisent et hydratent les muqueuses génitales qui souffrent beaucoup après les traitements de cancer et après la ménopause due aux traitements.

Les bains aerogazeux, hydratants et relaxants.

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

Les massages cicatriciels sous une rampe d’eau thermale réalisés par un kinésithérapeute.

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

Les soins buccaux : douche gingivale et pulvérisation buccale apaisent et revascularisent les muqueuses abîmées par les traitements de cancer ORL.

Thermes de la roche-Posay cure post-cancer

Cure de boisson. L’eau de la Roche-Posay est détoxifiante et anti-inflammatoire. Chaque curiste a son petit bidon d’eau à boire tout au long de la journée.

  • En fin de cure, un bilan médical est fait afin de mesurer les résultats.

Les soins de support

Mais le cancer demande parfois également des soins de support qui vont permettre de tourner la page et de se reconstruire une image positive de soi.

C’est dans le Pavillon Rose, une autre partie du centre thermal de la Roche-Posay que cela se passe. Dans le cadre de la cure thermale, l’association Aqualibre a pour but d’apporter un accompagnement global à l’ensemble de patients. Elle met en place divers ateliers et conférences qui permettent aux patients d’améliorer leur qualité de vie.

le pavillon rose thermes la roche-posay

  • L’atelier de maquillage correcteur.

C’est un lieu unique, éclairé par la lumière naturelle, donnant sur le magnifique parc du centre et tenu par des maquilleuses professionnelles qui vous apprennent à camoufler les lésions. C’est une occasion très précieuse pour retrouver une estime de soi. Bien entendu, ce sont des produits haute-tolérance de la Roche-Posay qui sont utilisés.

Nous avons eu la chance d’assister à une petite conférence de Carine Larchet, maquilleuse dans cet atelier. Ce fut passionnant et quelle pêche et quel entrain nous transmet Carine ! Formidable!

atelier maquillage correcteur la roche-posay

atelier maquillage correcteur la roche-posay

atelier maquillage correcteur la roche-posay

 

  • La consultation psychologique. Elle peut être individuelle, en couple ou en famille. Après un cancer, il faut souvent reconstruire également le foyer familial qui a bien souffert.
  • La socio-esthétique : un atelier conférence de conseil en image ouvert à tous pour aider à se réconcilier avec son corps.
  • La sophrologie : atelier collectif pour aider à la relaxation.
  • L’activité physique adaptée : un atelier collectif proposant des exercices simples pour remettre en route les articulations et les muscles du corps qui ont bien souvent été abîmés ou oubliés durant les traitements.

sport adapté pavillon rose la roche posay

rocheposay21

  • Des conférences sur l’eau, l’eczéma, comment mieux vivre son cancer, le psoriasis, l’alimentation, conseil en image…
  • Des ateliers enfants sont aussi organisés surtout pour les problèmes de peau des enfants qui sont très bien traités par l’eau de la Roche-Posay.

Pour bénéficier de ces différents soins de support, il suffit d’une adhésion de 20 euros qui donne accès à tous ces ateliers.

Le Pavillon Rose est vraiment un endroit cosy très agréable pour « s’occuper » après les soins thermaux qui se passent toujours le matin. Vous pouvez y trouver une boutique avec les produits locaux de la région, une boutique Amoena (lingerie et maillots de bain adaptés) et un petit restaurant Le comptoir gourmand, qui propose une alimentation bio et saine.

Prescription et prise en charge.

La cure thermale post-cancer peut se faire dès 4 à semaines après la fin des traitements, et même plus tard.

Elle est prescrite par un médecin (généraliste ou spécialiste).

Le patient doit remplir un imprimé CERFA et faire la demande à son centre de sécurité sociale.

Pour les patients atteints de cancer, la prise en charge est de 100% du forfait thermal et des honoraires médicaux.

Les frais de transport et les frais d’hébergement sont à notre charge avec une aide de la sécurité sociale et un complément possible par votre mutuelle. Vous trouverez des propositions d’hébergements sur le site des Thermes mais aussi à l’office du tourisme de la Roche-Posay ou sur le Bon coin.

La durée est de 3 semaines (ni plus,ni moins). Elle comprend 4 à 7 soins quotidiens pendant 18 jours. Les soins ont lieu en matinée (donc pas de grasse matinée durant la cure 🙂 ) tous les jours, sauf le dimanche.

Pour occuper vos après-midis, vous aurez la sieste ! 🙂 Il parait que la cure peut fatiguer. Mais des activités proposées par l’office du tourisme de la Roche-Posay sont possibles. Le golf vous tend les bras également.

Dernière partie du complexe thermal la Roche-Posay : le SPA SOURCE La Roche-Posay.

le SPA SOURCE La Roche-Posay

C’est la partie non médicale, donc aucune prise en charge de la sécurité sociale. C’est un plus bien agréable. Les thermes sont réservés aux patients, alors que le spa est ouvert à tous moyennant paiement. Donc, l’entrée au spa n’est pas compris dans votre forfait thermal, mais vous pouvez y accéder avec un tarif préférentiel.

C’est un endroit luxueux et cocooning. La Roche-Posay offre dans son spa des solutions pour toutes les peaux. C’est un lieu de ressourcement et de relaxation pour le bien-être du corps et de l’esprit.  Nous avons eu la chance de bénéficier de 2 soins : un soin du visage et un gommage sous pluie d’eau de source. Ce fut des moments extrêmement agréables!

le SPA SOURCE La Roche-Posay

le SPA SOURCE La Roche-Posay

Je vous parlerai de ce Resort Spa sur mon blog Escapades amoureuses, car c’est aussi le style d’escapade que l’on peut s’offrir en couple. Je vous parlerai alors des hôtels et hébergements dans la ville de la Roche-Posay.

Un grand merci à Nathy Fofana et Mathilde de l’agence Sobang qui ont organisé ce week-end à la perfection et qui sont vraiment très sympathiques.

Un énorme merci aux Thermes de la Roche-Posay de nous avoir ouvert leurs portes pour découvrir les différents soins. Je suis repartie conquise et décidée à trouver le temps cette année pour faire cette cure de 3 semaines.

Merci Lydie pour ton accueil au top, ton sourire, ton dynamisme, ta gentillesse, nous avons été accueillies comme des reines au centre de la Roche-Posay.

Merci à toutes les blogueuses du groupe pour leurs sourires, leurs rires et leur bienveillance.

Si vous avez des questions, des remarques, n’hésitez pas à me les laisser en commentaires.

Et vous? Avez-vous déjà bénéficié d’une cure thermale?

!important;

 

J’aime cet article



 

voyage au coeur du sein tribulations dune quinqua

Voyage au coeur du sein

Le cancer du sein est la première cause de cancer féminin et touche en France 1 femme sur 9 (52 000 nouveaux cas par an).

Dans le cadre du dépistage organisé du cancer du sein, ADK 92, met en place l’événement « Voyage au cœur du sein » les 30 et 31 mai 2018 de 11h à 20h.
Cet événement se tiendra sur le Parvis de la Défense entre le centre commercial les 4 TEMPS et le CNIT.

Evénement parrainé par Jacques Weber

250affiche001

Voilà un évènement marquant pour parler du cancer du sein!

Une structure gonflable de seins géants (réalisée par Emilie Prouchet-Dalla Costa) est installée sur le parvis de la Défense, et cette structure est visitable de l’intérieur .

L’objectif est de sensibiliser encore et toujours les femmes au dépistage du cancer du sein grâce à un parcours pédagogique à l’intérieur de l’oeuvre.

La visite de la structure gonflable se fait avec un professionnel de santé.

Dans le premier sein, vous pouvez observer les caractéristiques d’un sein : lobules ,adipocytes et ganglions. Chaque branche est éclairée de fibre optique de différentes couleurs selon la présence de tumeur ou non.

interieur

Dans la structure du 2ème sein, toutes les parois de la salle révèlent une image de mammographie. Et au somment du dôme on peut suivre la maladie, le traitement d’Alice et sa guérison.

Plusieurs animations sont proposées également :

  • Démonstration de l’autopalpation par un professionnel de santé sur un buste de femme en grandeur nature
  • Présentation du dispositif de dépistage organisé du cancer du sein
  • Informations sur différents thèmes de prévention
  • Réalisation de boissons à base de fruits en pédalant avec les Vélos Smoothies
  • Modelage des mains par la socio-esthéticienne de la Clinique Lambert le 31 mai de 11h à 18h
  • Concert de clôture par le Chœur Adagio du conservatoire de Nanterre le 31 mai à 19h
  • Remise de goodies

Vous avez pu et vous pourrez retrouver cet évènement dans plusieurs villes de France.

voyage au coeur du sein tribulations dune quinqua

A venir :

Les mercredi 30 et jeudi 31 mai – LA DÉFENSE (92), Parvis de La Défense

 Les vendredi 05 et samedi 06 mai – MONTATAIRE (60)

Les lundi 08 et mardi 09 octobre – ANTONY (92), Hôpital Privé

Les vendredi 12 et samedi 13 octobre – AJACCIO

J’aime ce style de démarche avec des évènements perlés sur toute l’année. On parle beaucoup d’Octobre rose et le reste de l’année, on a tendance à oublier…. oublier de se faire dépister, oublier que le cancer du sein touche aussi beaucoup de jeunes femmes, oublier que l’on meurt encore du cancer du sein même si les avancées dans les traitements ont été formidables.

J’irai faire un tour sur le parvis de la Défense et je partagerai des photos sur mon compte Instagram.

Dans un tout prochain billet, je vous parlerai également des cures post-cancer aux thermes de la Roche-Posay puisque j’ai eu la chance de visiter cet endroit le week-end dernier avec des blogueuses qui sont passées (ou passent encore) par ce parcours difficile du cancer.

Plus d’informations : Voyage au coeur du sein

Crédit photos : voyageaucoeurdusein.fr

 

 

vivre l'instant présent

Gérer mes angoisses par le présent

Après une maladie du type cancer, bien souvent, les angoisses nous envahissent. La grande question : va-t-il revenir ce crabe horrible et sournois qui se cache peut-être encore en moi?

Cette angoisse m’a complètement envahie parfois. Une douleur à la hanche, je pensais métastases, une difficulté à avaler, je pensais que mon premier cancer se réveillait. Chaque douleur ou chaque signe anormal du corps me renvoyait à cette question.

Je me suis alors aperçue que j’allais ainsi faire de ma vie un enfer , et dommage collatéral j’allais aussi pourrir la vie de mon entourage le plus proche.

gerer ses angoisses tribulations d'une quinqua

Il m’a fallu du temps pour comprendre que ma seule planche de survie était le présent : vivre le moment présent.

Ce vivre au présent est conseillé par tous les thérapeutes mais demande une prise de conscience déjà et un travail sur soi au long cours. Il est certain que si je me faisais aider par certaines pratiques comme la méditation, la sophrologie, je parviendrai mieux encore à m’ancrer dans chaque moment du présent. J’y pense, depuis longtemps déjà, je n’ai pas encore passé le cap. J’essaie de me débrouiller déjà avec mes petits moyens.

Cette prise de conscience du présent est contraire à nos éducations occidentales en général. Depuis tout petit, nous sommes formatés pour penser à l’avenir : réussir à l’école, passer son bac, choisir une profession … Quant au passé, il se reflète sans arrêt dans notre vie, il nous arrive de dupliquer certaines habitudes ou façon de vivre de nos parents (même de façon inconsciente). Il nous arrive de comparer notre vie présente à notre vie passée, mais à quoi cela sert-il?

Prendre conscience du moment présent  ce n’est pas seulement du carpe diem, ce n’est pas seulement profiter de l’instant en terme quantitatif mais bien en terme qualitatif.

Et je me suis aperçue que plus je pense au plaisir du moment, moins je pense à l’avenir ou plutôt je me sers du présent pour me construire un avenir moins angoissant.

La chance m’a été offerte d’être encore là malgré mes graves ennuis médicaux, c’est un cadeau extraordinaire que je me dois de ne pas gâcher avec des projections mentales négatives et en me laissant envahir par la peur.

Alors, oui, j’ai encore parfois (un peu plus que parfois) des moments de faiblesse, d’anxiété, de peur, mais je me soigne grâce au présent et à la prise de conscience de l’instant.

vivre l'instant présent

Des exemples ?

  • Des moments si normaux de la vie quotidienne que je faisais auparavant sans aucune conscience du plaisir qu’ils pouvaient m’apporter : prendre une douche, me laver les mains, boire un café, m’installer dans mon fauteuil pour regarder une série que j’aime, sentir le linge propre sortant de la machine… Je pourrais énumérer des dizaines d’instants du présent qui peuvent sembler tout à fait anodins mais dont je ressens le plaisir maintenant.
  • Ecouter les autres, vivre le moment vraiment avec les personnes, ne pas penser à autre chose à cet instant. Les réseaux sociaux ne nous aident pas à ce genre de chose (surtout nous les blogueuses) , mais j’essaie et j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir pour y arriver.
  • Me réveiller le matin en pensant à ce qui va être chouette dans ma journée. Mais, pas plus loin que la journée, pas demain non ! juste aujourd’hui!

Cela ne signifie pas que je suis devenue adepte du No-futur ! Le futur je l’entrevois dans l’instant présent, je puise ma force pour le futur dans le présent.

Quand j’écris sur mon blog, ,je me projette au moment où vous lecteurs et lectrices allez me lire et, je l’espère, répondre à mon billet. Mais, c’est en vivant pleinement ce moment d’écriture que je prépare le moment futur.

Quand je réserve un voyage, un hôtel, je me projette bien entendu dans le futur, mais me concentrer sur la préparation, sur des choix à faire, des personnes à contacter me fait déjà vivre un peu ce projet au présent et m’évite de penser que tout peut s’annuler si quelque chose arrivait.

Pour conclure, vivre l’instant présent à fond me donne la force pour continuer. Mieux vaut être vraiment présent et conscient de l’instant quelques minutes que rester des heures à se laisser envahir par des pensées négatives et se perdre dans les affres du mental.

Et vous, avez-vous des angoisses? Si oui, cela m’intéresserais de savoir comment vous les gérer. N’hésitez pas à partager vos remarques dans les commentaires, vous savez que j’adore vous lire.

 

Je pensais ne pas supporter.

Quelques phrases pour vous dire comme on peut changer dans la vie, qu’il ne faut jamais dire fontaine, je ne boirai pas de ton eau.

Pendant de nombreuses années, j’étais la personne qui ne voulait pas s’absenter du travail. Si je regarde mon récapitulatif d’arrêts de travail dans ma carrière, je lis : les jours pris pour enfants malades et sinon, et bien ce sont mes deux congés longue maladie pour mes deux cancers.

Mes parents étaient artisans-commerçants. Je peux vous dire qu’être fonctionnaire dans une famille de commerçants, ce n’est pas forcément évident. Les vieilles idées ont la dent dure et donc fonctionnaire = faignant pour une partie de la population. Donc, se faire porter malade était un signe de faiblesse, le travail était une des premières valeurs de ma famille, il est dans mes gènes.

Lors de mon premier congé longue maladie, il y a moins de 10 ans, après les traitements j’étais pressée de reprendre mon poste au travail. J’ai pu recommencer en mi-temps thérapeutique, et en effet, j’avais besoin de cette reprise en douceur. Je me suis aperçue en reprenant que mon regard sur le travail avait changé déjà, et que beaucoup de détails qui me semblaient importants avant étaient devenus dérisoires. J’ai eu du mal durant quelques semaines à me fondre de nouveau dans l’ambiance travail, j’ai eu du mal à me sentir concernée. J’étais contente de reprendre mais je ne voyais plus les choses de la même façon. J’ai ressenti des difficultés à de nouveau me fondre dans l’équipe (équipe très jeune).

Puis, les mois et les années passant, on oublie, on rentre de nouveau dans le moule que l’on avait abandonné. J’ai repris goût au travail, aux relations entre collègues. J’ai recommencé à courir pour tout et pour rien.

D’ailleurs, la preuve que j’avais bien repris ma place dans la société travail, c’est que lorsque j’ai eu l’annonce de mon second cancer, il y a environ 2 ans, après les pleurs et la peur, j’ai tout de suite pensé à mon job. J’ai fait en sorte de tout organiser avant de partir en traitement. Et j’ai culpabilisé durant au moins une année d’avoir abandonné mon poste. J’ai mis plus de 18 mois à retirer de ma messagerie le compte mail du travail ! En effet, durant 18 mois, j’ai continué à lire les échanges et j’étais au courant de tout ce qui se passait ou presque au boulot. A un certain moment, je me suis dit que j’étais un peu « grave » de faire cela. Ce n’était pas du tout une forme de surveillance de ma remplaçante (qui est en plus une amie chère), pas du tout !! C’était ce besoin d’être encore en relation avec la société, avec le monde du travail. Je ne voulais pas ou ne pouvais pas décrocher.

Et puis, ,peu à peu, forcément on s’éloigne de ce monde. Quand on se retrouve entre collègues pour une soirée, tout le monde parle boulot (oui, il faut savoir que chez les enseignants, on parle boulot tout le temps! petit clin d’oeil aux compagnes et compagnons d’enseignants qui doivent subir cela!). Et là, bien souvent je décroche car je ne me sens plus à ma place. Cela m’amuse d’avoir des nouvelles des élèves, d’écouter des anecdotes mais bon, pas toute la soirée :).

Je me suis construit un monde sans mon travail. Et cela, je ne le pensais pas possible avant.

Je me suis découvert des passions. J’ai découvert le concept de prendre son temps et de pouvoir choisir ses horaires, ses activités. Bon, ok, il y a une chose que je ne peux pas vraiment choisir ce sont mes dates d’opérations, mes convalescences parfois trop longues et le suivi médical et psychologique.

Je ne suis pas en train de vous dire que la solution c’est d’avoir subi deux cancers et d’être en congé longue maladie! Attention, pas du tout !

Je suis juste en train de vous expliquer comme le regard sur la vie et sur la société peut changer alors que l’on pensait que ce ne serait pas possible.

Beaucoup de monde dans mon entourage se demande ce que je peux bien faire de mes journées. Je réponds que je prends le temps de vivre tout simplement et de faire ce qu’il me plaît. Et cela m’est devenu primordial, car je ressens comme une urgence de faire les choses (oui, je ne peux m’empêcher de penser que le crabe est fourbe et peut revenir à tout moment).

Je pensais ne pas supporter de ne pas travailler. Comme quoi, la vie nous change.

Et vous, avez-vous eu des évènements dans la vie qui ont changé votre regard sur le monde ?

Selection coup de coeur Hellocoton

Article paru sur le Huffingtonpost ICI pour mon plus grand plaisir.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cosmétiques MEME une idée de cadeau beauté pour les femmes sous-traitement de cancer.

cadeau

Il y a quelques semaines de cela, je vous avais fait visiter l’appartement by Oncovia, ce nouvel endroit permettant aux femmes ou aux hommes atteints de cancer (du sein particulièrement) de bénéficier de soins du corps, du visage, d’ateliers de bien-être.

Si vous avez eu l’oeil averti, vous avez peut-être remarqué cette jolie corbeille de produits cosmétiques MEME.

oncovia05

Pourquoi ce nom : MEME?

Parce que MEME moi malade, je me mets du baume au corps.

Parce que MEME moi malade, je me mets de la crème pour le visage.

Parce que MEME moi malade, je vais prendre soin de mes ongles.

Parce que MEME toi, elle, lui, moi atteints par ce vilain crabe, nous continuons à nous occuper de notre corps, et cela nous fait du bien et nous fait oublier d’autres soucis.

Ces soins MEME sont de plus spécifiques et étudiés pour prévenir et limiter certains désagréments liés aux traitements.

Judith et Juliette, les fondatrices de MEME m’ont gentiment envoyé cette petite trousse de soins avec les 5 incontournables MEME en version miniature.

cosmetiques MEME

Et j’ai pensé que cela pouvait être une excellente idée de cadeau de Noël pour une personne de votre entourage qui serait atteint(e) de cancer, sous traitements en ce moment, ou ayant terminé ses traitements.

Je trouve que c’est une belle façon de faire comprendre à cette personne que vous prenez en compte ses souffrances, ses soucis, et sa maladie tout simplement.

Je sais très bien comme l’entourage d’un malade peut être gêné, ennuyé, ne sachant comment se comporter, comment en parler sans pour cela poser de multiples questions.

Offrir des produits de beauté et de bien-être à cette personne malade, c’est lui signifier que vous prenez en compte sa maladie, mais qu’elle n’est pas seulement une malade, mais toujours une femme (ou un homme) qui prend soin de son apparence, de son corps. Vous lui offrez la possibilité de le faire avec des produits adéquats et bienfaisants. En effet, durant les traitements, il est essentiel de ne pas utiliser n’importe quel cosmétique.

cosmetiques MEME

En testant la crème pour le corps et la crème pour le visage, j’ai apprécié leur texture (pas trop grasse) et surtout leur parfum très neutre. En effet, durant les périodes de chimiothérapie, il peut arriver que la personne ne supporte plus certaines odeurs, certains parfums.

Les soins pour les ongles sont aussi très importants car les ongles sont souvent très abîmés par les traitements : ils se cassent, se dédoublent, noircissent et parfois tombent si l’on en prend pas soin.

Où trouver ces cosmétiques MEME ?

  • Sur le site COSMETIQUES MEME où vous trouverez l’e-boutique mais aussi de nombreuses informations.
  • Dans les points de vente. A vous de choisir le votre sur ce lien : MAGASINS

Dernière minute :

black friday Meme

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

L’Appartement by Oncovia

Mercredi dernier, au coeur du 9ème arrondissement de Paris, j’ai eu la chance de découvrir ce nouvel espace de soins et de beauté pour mieux  vivre son cancer :

L’Appartement by Oncovia

oncovia06

L'Appartement by Oncovia

Pour les personnes atteintes du cancer du sein, Oncovia est déjà un site connu en général.  Ce site a été créé par Marine et Cindy (qui ont accompagné leur maman atteinte d’un cancer du sein) et a pour ambition d’aider les malades à retrouver confort et élégance en proposant cosmétiques, lingerie, foulards, accessoires ainsi que des conseils.

Marine et Cindy ont eu envie d’aller plus loin, de proposer plus aux personnes atteintes de cancer. L’Appartement by Oncovia est un cocon, un lieu démédicalisé pour oublier la maladie quelques moments et se recentrer sur soi-même et sur ce corps qui a été malmené par les chirurgies et les traitements.

L’Appartement by Oncovia est un endroit apaisant, loin de l’ambiance brutale des hôpitaux. Je précise que ce qualificatif est loin d’être une critique de notre système de santé, ni des équipes médicales ! Bien au contraire ! Nous avons la chance en France d’avoir des équipes médicales admirables. Leur dévouement et la qualité des soins définissent notre système. Cependant, un hôpital reste un hôpital et représente la maladie dans toute sa brutalité.

Oncovia y propose des soins spécialisés afin de soulager et supporter au mieux certains effets secondaires des traitements du cancer aussi bien sur le plan physique que moral : fatigue, anxiété, problèmes de peau, perte des cheveux… C’est un lieu créé pour une parenthèse de bien-être pendant et après les traitements. Chacun (homme ou femme) peut y retrouver le soin adapté qui lui correspond en se laissant porter dans un univers chaleureux, coloré, rassurant.

oncovia07

oncovia04

Quels types de soins?

Des soins esthétiques :

  • Soins visage et corps pour se faire chouchouter.
  • Des cours de maquillage pour vous aider à redessiner vos sourcils (perdus avec les traitements), pour vous aider à redessiner un regard et vous redonner le sourire.
  • Mise à nu du cuir chevelu et choix d’une perruque (un des moments les plus difficiles à passer dans le chemin des traitements).

A noter que bien entendu, tous les produits utilisés pour les soins sont parfaitement étudiés et adaptés aux patients sous-traitement.

oncovia09

oncovia05

Cosmétiques Même

Des soins complémentaires pour votre bien-être :

  • Sophrologie
  • Réflexologie plantaire
  • Acupuncture
  • Aromathérapie

oncovia02

Des ateliers spécifiques :

  • Pilates
  • Yoga
  • Ateliers de méditation
  • Conférences sur la nutrition
  • Conférences sur le retour à l’emploi
  • Apprendre à nouer votre foulard (avec Julie, fondatrice des Franjynes).

Mon avis et mon impression :

Je me suis sentie BIEN dans cet Appartement.

La décoration y est apaisante.

J’ai pu tester une petite séance de réflexologie plantaire : un petit nirvana 🙂 .

J’ai beaucoup apprécié l’intervention du Dr Tigaud, oncologue à l’Hôpital Cochin (passionné et passionnant) qui m’a émue aux larmes en parlant de cette maladie et de la particularité historique et culturelle du cancer. A ce moment-là, j’ai senti que même si les traitements étaient derrière moi, je n’en étais pas encore sortie et que cet Appartement by Oncovia pouvait être aussi un lieu bénéfique pour l’après-cancer, pour se retrouver et arriver à refermer la parenthèse.

oncovia03

J’ai apprécié la motivation et le sérieux de Marine et Cindy les fondatrices, le sourire de Quitterie, l’infirmière en oncologie qui est venue compléter cette équipe de choc :).

L’ Appartement by Oncovia est vraiment un bel endroit dans tous les sens du terme.

oncovia08

L’espace de soins est ouvert du lundi au vendredi de 10h à 18h au 24 rue Chaptal, dans le 9ème arrondissement de Paris. Les clients sont accueillis avec discrétion et attention. Pour préparer votre parenthèse de douceur, il suffit de prendre rendez-vous :

  • Par téléphone : 01 76 39 04 99
  • Par mail : contact@oncovia.com
  • par internet : Oncovia-spa.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

85 B au festival d’Avignon

85b03

C’est au théâtre Montorgueuil que je suis allée applaudir Melisse Magny pour sa pièce de théâtre : 85B. C’était sa dernière date sur Paris avant le festival d’ Avignon.

Pourquoi ce titre : 85 B ?

Vous allez vite comprendre:

Chloé, jeune femme de 28 ans menant sa vie tambour battant, n’aurait jamais imaginé être touchée par le « crabe »… Elle nous raconte, depuis sa cuisine où elle confectionne un repas de fête, son histoire faite de rencontres et de combat.
à partir des ustensiles et ingrédients qu’elle trouve à portée de main, elle convoque et fait défiler médecin-louche, mère-moule à gâteau, légumes-infirmiers et autre petit copain survitaminé qui prennent vie dans son univers de cuisinière aguerrie.
Une drôle de farandole dans laquelle une multitude de personnages gravitent autour de Chloé et font face au même coup du destin. Une épreuve qui révèle leur force, leurs contradictions et parfois… leur ridicule, en un mot : leur humanité.

C’est un seul-en-scène comme on dit maintenant.

Cette pièce traite de la lutte contre le cancer d’une jeune femme à l’énergie contagieuse. 85B se confronte à tous les tabous pour mieux les faire imploser en éclats de rire grâce à un texte ciselé et à une comédienne rayonnante de générosité.

85b05

85b04

Vous vous en doutez, si je vous parle de cette pièce c’est que je l’ai appréciée, et j’ai été tellement émue également ! Je suis passée du sourire, au rire, aux larmes. Je suis allée assister à la représentation avec une amie qui n’avait pas été touchée elle-même par cette saleté de crabe, elle en est sortie aussi terriblement émue.

Mélisse Magny est une belle personne que j’ai eu la chance de connaître à travers le projet SKIN dont je vous ai parlé ICI (et que je dois abandonner malheureusement avec beaucoup de déception à cause d’une opération chirurgicale qui doit se tenir à la date du spectacle final du projet 😦 )

Si vous passez à Avignon durant vos vacances ou si vous habitez dans le coin, 85 B se jouera du 7 au 30 juillet 2017 à 13h30 (relâches les 12, 19 et 26 juillet).
Théâtre Le Vieux Balancier
2 rue d’Amphoux, 84 000 Avignon
Tarif plein : 17 euros
Tarif réduit : 12 euros
Pour réserver : 06 67 95 00 54 ou sur Ticket Off.

« 85B triomphe ! La pièce est largement applaudie, le public en sort bouleversé
(…) Cela fait du bien d’en rire. »
Le Courrier de Mantes 11/10/2016
Rendez-vous sur Hellocoton !

La question du maillot cette année

J’ai hésité à écrire ce billet. Cela faisait un moment que je n’étais pas revenue sur le sujet du cancer du sein. Etait-ce une bonne chose d’en reparler? Mais ce billet est un peu l’épilogue de mes traitements, donc ce n’est que du positif.

Cette année, le classique choix du maillot pour l’été est bien spécial pour moi.

En effet, depuis janvier 2016, j’ai vécu avec un seul sein pendant plus d’un an, puis un sein bonnet F à gauche (oui, ma poitrine d’avant) et une prothèse bonnet C à droite (vous pouvez imaginer le déséquilibre du schéma corporel ! 🙂 ). Depuis 2 semaines, j’ai retrouvé un équilibre presque total suite à une réduction du bonnet F.  Je vous vends du rêve là, non? 😀

Cependant, je dois attendre un temps un peu plus long que prévu pour la cicatrisation et j’ai encore des pansements ce qui rend difficile l’essayage d’un nouveau maillot.

Pourtant, c’est une urgence :  il m’en faut un ou deux avant le départ en vacances, et puis, je préférerais en trouver un avant les soldes. Je ne m’imagine pas dans la foule en délire en train de me battre pour essayer l’ultime maillot qui restera après la bagarre. Le moment de l’essayage ne va pas être facile, alors autant éviter la période surexcitée des soldes où l’on retrouve les maillots dépareillés un peu partout dans le rayon.

Les anciens hauts de maillots déformés par ma lourde poitrine d’avant vont aller direction poubelle, j’aurais presque envie de les brûler tiens !

Seulement, il n’est pas facile de trouver le maillot adéquat pour ce nouveau corps que j’apprivoise peu à peu. Je ne sais même plus quel tour et quel tour de poitrine et quel bonnet je dois demander à la vendeuse ! 🙂 Donc, pas question de le commander sur internet, je n’aurais pas le temps de le renvoyer avant le départ en vacances si la taille ne convenait pas.

Vous allez vous dire : mon dieu, elle s’en invente des soucis bien futiles !

Mais, il n’est pas facile de se faire à une nouvelle silhouette quand elle n’a pas été voulue. Non, je n’ai pas décidé de me faire refaire les seins… c’est juste une réparation d’un incident de la vie. Je suis ravie d’avoir enfin une poitrine moins lourde, mais j’aurais préféré que ce soit véritablement MON choix.

Mercredi jour des soldes, ma mission va donc être de chercher et trouver le maillot idéal en deux jours . Ce n’est pas gagné cette affaire !! 🙂

J’ai déjà quelques petites idées, voilà les styles que j’aime,  reste à essayer.

Maillotassos01 maillotasos02 maillotasos03maillotasos04

maillotredoutemaillot3suisses

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous donnerai des nouvelles de mes achats !

Bon dimanche à toutes et tous !
Rendez-vous sur Hellocoton !

La vie après un cancer

La personne malade qui a la chance ou la réussite d’arriver en rémission après les traitements lourds entend souvent ce genre de phrases de la part de son entourage:

  • Bravo tu as été courageux (se)!
  • Ah tu vas enfin pouvoir profiter de la vie !
  • Voilà une parenthèse qui se ferme!

Oui, toutes ces phrases ne sont pas fausses, mais … elles ne sont pas tout à fait vraies non plus.

Je ne suis pas certaine que l’on puisse parler de courage. En fait, quand on apprend que l’on est atteint(e) d’un cancer, il faut d’abord encaisser. Puis, très vite, le protocole des traitements se met en place et là, je ne vais pas dire que l’on subit, mais on suit le protocole. A-t-on le choix?

Je vais parler de mon expérience personnelle (d’ailleurs, je vais osciller entre le je, le on, le il sous-entendu le malade) , mais je sais grâce à des échanges avec d’autres femmes touchées par la maladie que ma description de la vie après un cancer n’est ni inexacte ni exagérée.

L’urgence de vivre

Ne nous voilons pas la face, même si la recherche en matière de cancer avance vite, il est clair que quand le diagnostic tombe, le malade pense tout de suite à une mort possible. Même si l’on a confiance dans l’équipe hospitalière qui va nous suivre, même si on est prêt à se lancer corps et âmes (c’est bien l’expression qu’il faut) dans le protocole de traitement, forcément on sait qu’une des issues peut être la mort. Petite remarque d’ailleurs : l’entourage essaie toujours de minimiser ce risque (et c’est bien normal) entre autres au sujet du cancer du sein car il est présenté comme l’un des cancers qui se guérit le mieux Le cancer du sein est associé à un bon pronostic : 86% des personnes sont en vie 5 ans après le diagnostic et 76% dix ans après, (chiffres Inca 2015). Mais, on en meurt encore.

Alors, après les mois de traitement, on attaque une nouvelle vie et dans cette nouvelle vie, il semble encore mille fois plus important qu’avant d’en profiter.

Si je parle de moi qui en suis à mon deuxième cancer (2 cancers différents), je ressens une urgence de vivre presque maladive. J’ai une espèce de peur de ne pas avoir le temps de faire tout ce que j’ai envie de faire dans ma vie. Du coup, je considère ma reprise du travail et le manque d’argent comme des barrières qu’il faut que je renverse. Je rêve d’un nouveau mode de vie qui puisse m’offrir la possibilité de ne plus jamais regretter ce que je n’aurais pas pu faire.

Je suis consciente que je saoule mon compagnon avec cet état d’esprit. Il me comprend mais essaie tout de même de me freiner, de me calmer. Je crois qu’il voit cet enthousiasme comme une fuite en avant.

La reprise du travail

Elle peut représenter la fin réelle,concrète de la maladie comme elle peut être un malaise, une inquiétude. Serais-je capable de reprendre mon travail comme avant? Quelle va être la réaction de mon employeur, de mes collègues? Vais-je tenir le rythme après tous ces traitements et cette période d’arrêt? Mon corps, mon esprit ne sont-ils pas trop fatigués?  Suis-je encore faite pour ce travail que exerçais auparavant? Est-ce que ce n’est pas le moment de m’orienter, de changer de voie?

Ces sentiments vont être différents non seulement en fonction de la personne, mais aussi de son type de travail et également du type de cancer et donc de traitements qu’elle a subi.

J’ai la chance d’être dans la fonction publique et d’avoir donc la possibilité d’être en congé longue maladie (même si on perd du pouvoir d’achat mais c’est une autre histoire), mais tout le monde n’a pas cette chance là. Je pense par exemple aux artisans, aux petits commerçants, quand une catastrophe pareille leur tombe dessus c’est aussi leur travail qui est anéanti.

4307711428_682591ceb2_z

La peur de la recidive

Une fois les traitements contre le cancer terminés, si toute trace de cellule cancéreuse a disparu, le patient entre « en surveillance ». Une étape parfois difficile à négocier : on n’est plus malade, mais pas encore complètement guérie. On est en rémission.

Le suivi va durer toute la vie. Les visites seront de plus en plus espacées mais on ne vous lâchera pas. Je trouve cela positif, même si à chaque consultation de suivi le stress monte. On ressent cette épée de Damoclès au-dessus de soi.

Je vais être honnête, la peur de la récidive ou la peur d’un autre cancer sera là présente en moi toute ma vie. Et j’ai peur de ne pas croire vraiment les personnes qui sont passées par là et qui déclarent le contraire. Oui, il y a des moments où l’on oublie, mais la moindre douleur, le moindre signe physique un peu louche vous inquiète, vous fait peur et vous installe dans un état de stress. Mon premier cancer date de 9 ans, mais j’y pense toujours et je crains toujours la rechute. Je suis certaine que cette urgence de vivre que je ressens vient de cette peur.

2405070842_86561fc5cf_o

L’acceptation de son nouveau corps

Après un cancer, notre corps n’est plus le même. Il a subi des traitements (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie..) qui l’ont vieilli, abîmé (mon oncologue m’a dit qu’un traitement anti-cancer représentait pour le corps 10 ans de vieillissement prématuré).

Il y a la fatigue, il y a les séquelles et il faut aussi apprivoiser ce nouveau corps. Il faut l’accepter et arriver à se regarder dans la glace.

Je ne vous énumérerai pas les séquelles et les conséquences physiques de mes deux cancers, mais les personnes très proches de moi les connaissent. Après, on fait avec, parce que l’on est déjà bien content d’être en rémission !

Toutes ces répercussions sur le corps peuvent aussi mettre à mal notre vie amoureuse. Comme dit Namoureux, j’ai l’impression d’être avec une nouvelle femme à chaque opération, chaque traitement… car oui, notre apparence change et notre mental aussi. Il n’est pas toujours facile de gérer cela dans un couple, tout le monde ne l’accepte pas.

coeur

Si je vous parle de cette vie après un cancer, c’est que beaucoup de malades ressentent les mêmes sentiments, se retrouvent dans les mêmes conditions. Je crois que l’important est de ne pas se comparer à son ancien soi car on ne sera jamais la même personne.

Il faut envisager cet accident de la vie comme un nouveau départ, on repart à zéro et on fait avec ce que l’on est maintenant. Il peut arrive que ce soit très bénéfique : après mon premier cancer, je me suis réorientée professionnellement et j’ai pu exercer une fonction que je ne me pensais pas capable d’exercer auparavant. J’espère juste que ce 2ème cancer pour lequel j’ai entendu le mot rémission sera aussi synonyme d’une nouvelle vie, d’un changement positif pour continuer vers autre chose, autrement. J’y travaille.

Et puis, surtout, je vis en France et nous avons la chance d’être très bien soignés et très bien suivis.

Notez bien que ce billet n’est aucunement écrit pour me faire plaindre (ceux qui me connaissent bien le savent) mais pour partager mon expérience avec le plus grand nombre. Je me dis toujours qu’il se peut que mon témoignage puisse aider certaines personnes. Alors n’hésitez pas à partager, à commenter, à me parler de vos expériences autant en tant que malade, qu’accompagnant ou proche d’un malade.

coeur

Bises à tous
Rendez-vous sur Hellocoton !