Gaëlle Billaut-Danno est Emma dans la pièce Trahisons d'Harold Pinter, j'ai eu la chance de la rencontrer.

Il y a quelques mois, je vous avais présenté la pièce de théâtre Trahisons ( d’après Harold Pinter) jouée au Lucernaire à Paris, vous retrouverez le billet ICI.

TRAHISONS

Jerry et Emma se retrouvent deux ans après leur rupture. Elle est la femme de Robert, éditeur, vieil ami et plus que tout, partenaire de squash de Jerry. À partir de là, on remonte le cours de cette intrigue amoureuse entre trois amis. Dans cette histoire à rebours, Pinter tisse les énigmatiques liens amoureux et amicaux du trio où chacun a construit sa propre vérité : des séparations aux rencontres, des aveux aux mensonges, des secrets aux trahisons.
J’avais sincèrement apprécié la représentation et c’est bien pour cela que je vous en avais parlé.

Il se trouve que, suite à son succès, la pièce est reprise toujours au théâtre Lucernaire à Paris. Vous pourrez aller applaudir GAËLLE BILLAUT-DANNO, FRANÇOIS FEROLETO, YANNICK LAURENT OU LIONEL PASCAL ET VINCENT ARFA du 24 janvier au 18 mars 2018.

A l’occasion de cette reprise, j’ai eu l’immense joie d’interviewer Gaëlle Billaut-Danno !

Gaelle Billaut-Danno

crédit photos : Emilie Deville

Quel plaisir et quel honneur de rencontrer cette actrice!  Gaëlle est très naturelle, souriante et me met tout de suite à l’aise.
Bonjour Gaëlle, je vous remercie d’avoir accepté de répondre à mes questions.
Comment êtes-vous devenue actrice ? Accident ou vocation ?
Ma mère étant comédienne j’avais un rapport complexe à ce métier et j’ avais toujours pensé et dit que je ne  le ferai jamais ! Comme quoi il ne faut pas dire « Jamais » !! C’est une amie qui m’a  « harcelée »  pendant des mois pour que je prenne des cours de théâtre amateurs avec elle , alors que je travaillais dans le communication, je ne voulais pas mais j’ai fini par céder.  Grâce à elle j’ai découvert une source en moi que je ne soupçonnais pas.
Quelle est votre plus belle victoire professionnelle ?
Celle d’avoir osé changer de métier tardivement alors que beaucoup de gens cherchaient à m ‘en dissuader , de suivre cet appel et de vivre aujourd hui de ma passion. J’ai beaucoup de chance. Et la nomination aux Molières 2015 a été un cadeau supplémentaire.
Votre rencontre professionnelle la plus mémorable ?
J’ai la chance d’avoir fait beaucoup de très belles rencontres. Mais je dirai que la plus marquante est celle avec Pierre Santini, qui est toujours un ami, mon parrain de théâtre. Un homme d’une grande générosité, que j’aime profondément et  qui m’a offert la chance de devenir son assistante à la mise en scène alors que je n’avais aucune expérience . C’était juste au moment où il prenait la direction du Mouffetard. J ai ensuite joué 4 fois dans son théâtre  entre 2008 et 2011. C’est une rencontre déterminante humainement et professionnellement.
Cinéma, tv ou théâtre ? Avez-vous une préférence ?
Au départ mon instinct m’a conduit naturellement vers le théâtre. C’est là où je me projetais peut être parce que j’avais grandi dans les coulisses des théâtres. C’était un contexte familier. Et puis j’aime les textes. Et le rapport direct avec le public. Le théâtre c’est mon socle mais aujourd’hui j’ai très envie de tourner plus. Je me sens prête.
Parlons maintenant plus précisément de la reprise de Trahisons au Lucernaire, comment pouvez-vous nous présenter votre personnage  et que raconte cette histoire?
« Trahisons » dévoile les relations complexes  entre deux hommes et une femme, soit l’éternel trio du boulevard, mais traité ici avec plus de complexité, de passion et de cruauté.  Les deux hommes sont les meilleurs amis du monde. La femme est l’épouse de l’un et la maîtresse de l’autre. Quand le spectacle commence, l’amour entre l’amant et l’épouse s’est épuisé, Mais comment en sont ils arrivés là ?…
Concernant Emma, mon personnage, la femme du trio, il est capital de resituer son parcours dans l’époque. L’action se situe entre 1968 et 1975. Or, 1968 est une année charnière pour la société epour les femmes en particulier. Beaucoup de repères sociaux explosent. Avoir ce contexte historique en tête a été très important pour moi quand j’ai commencé à travailler le personnage. A cette époque la femme entrevoie de nouvelles perspectives sur tous les plans : intellectuellement, sentimentalement, socialement.  Pour moi Emma a reçu de ses parents un modèle de couple bourgeois très classique. Quand elle rencontre Robert, son  futur mari, elle est pleine de ce schéma et n’en envisage pas d’autres.  Elle l’épouse car il est l’image de l’homme brillant et rassurant. Puis arrive la rencontre avec Jerry qui fait voler en éclat ses repères !! Et ca lui plait !!Comme dans la société de l’époque quelque chose de nouveau s’ouvre en elle et elle choisit de s’y engouffrer !! Jerry la révèle intellectuellement et sensuellement. Au fil des années on comprend qu’Emma s’est libérée de ses carcans pour devenir plus autonome. Bref le parcours d’Emma dans “Trahisons” est pour moi l’histoire d’une émancipation.
Vous êtes-vous déjà mise à la place de votre personnage ? Auriez-vous pu vivre cela dans votre vie personnelle ?
Quand je travaille un personnage,  quel qu’il soit, pour trouver sa vérité, j’essaye toujours de chercher un point de jonction avec moi, j’essaye de le comprendre. C’est donc ce que j’ai fait avec le personnage d’Emma. Mais vivre ça en réalité dans ma vie, non merci !!!
Pour vous, dans la vie quelle est la pire trahison qui puisse exister ?
Difficile à dire quand on est hors contexte. La trahison au moment où on la vit – qu’elle soit amoureuse, amicale ou autre – est toujours terrible. Mais peut être que la trahison amicale serait la plus difficile à accepter.  Et puis se trahir soi-même aussi est terrible.
Au quotidien, pouvez-vous nous décrire votre travail par exemple pour la reprise de Trahisons au Lucernaire ?
Cette reprise est un peu particulière car un nouveau comédien – Lionel Pascal – vient rejoindre l’équipe. Il remplacera pour quelques dates Yannick Laurent (Jerry) qui est engagé sur un autre  projet. L’arrivée d’un nouveau partenaire est toujours porteuse d’un nouvel éclairage, d’un nouveau souffle ? C’est intéressant pour nous qui avons déjà joué la pièce plusieurs mois. Mais c’est également source de plus de travail.  Ces dernières semaines ont donc été rythmées par les répétitions quotidiennes de « Trahisons ».
Et à partir de mars, je vais entrer en répétition pour la pièce « Meurtre mystérieux à Manhattan » de W.Allen que je vais jouer au prochain Festival d’Avignon. Ca sera donc répétition la journée et représentations de « Trahisons » au Lucernaire le soir.
Vous savez que mon blog est destiné plus précisément aux femmes de plus de 50 ans, je sais que vous n’y êtes pas encore 🙂 , cependant, pensez-vous comme certaines actrices que cet âge de la cinquantaine est un âge charnière pour une actrice  et qu’il existe comme un plafond de verre à briser ?
Dans notre société, vieillir est mal perçu. Et pour les femmes encore plus. Les medias féminins ont beau afficher l’image d’une femme de 50 ans de plus en plus dynamique, belle, solaire,  épanouie., les idées reçues restent bien enracinées. Donc il ne faut rien lâcher si on veut faire bouger les choses en profondeur. Et il est clair que dans notre métier c’est peut être encore plus vrai. Beaucoup de mes camarades entre 50 et 65 ans sont en effet confrontées à une sorte de no woman’s land avec un manque cruel de rôles intéressants.,  en particulier à la télé et au cinéma.
En un mot, donnez envie à mes lectrices d’aller assister à Trahisons au Théâtre Lucernaire ?
En un mot c’est difficile  😉
« Trahisons «  est une pièce  de génie ! Une des force de cette pièce est sa construction à rebours – on part de la fin de l’histoire pour remonter à la génèse- ce qui permet au spectateur d’être  complice et voyeur. C’est fort !
Vous entrez ainsi dans l’intimité de ces 3 personnages, vous traversez avec eux un tourbillon émotionnel.  Ils s’aiment, se désaiment, de débattent  avec sincérité et plaisir. C’est palpitant et dérangeant à la fois, comme quand on surprend malgré nous une conversation intime à une table voisine.
Et puis je partage la scène avec deux  très beaux acteurs, ce qui ne gâche rien 😉
Trahisons Harold Pinter

crédit photo : Alexandre Icovic

Trahisons Harold Pinter

crédit photo : Alexandre Icovic

Merci beaucoup Gaëlle pour votre gentillesse et votre disponibilité.
gaelle glam

Crédit photo: Emilie Deville

Gaëlle Billaut-Danno
Formée à L’École Nationale de Chaillot et à l’Atelier International Blanche Salant, elle joue les grands rôles du répertoire classique et s’illustre aussi dans le théâtre contemporain et la comédie. De 2013 à 2016, elle incarne Célimène dans Célimène et le Cardinal de Jacques Rampal, mise en scène par Pascal Faber, succès au Festival d’Avignon 2014 et 2015, repris depuis à Paris au Théâtre Michel puis à la Comédie Bastille. Depuis 2017, elle est Emma dans la pièce d’Harold Pinter Trahisons (mise en scène par Christophe Gand) .Elle est nommée aux Molières 2015 dans la catégorie Révélation pour ce rôle. Elle tourne pour la télévision dans Engrenages, PJ, La Crim Détectives, Mainscourantes ou QI.
Au cinéma, elle joue sous la direction de B. Bonvoisin, S. Robelin, D. Vigne, P. Bossard.
Trahisons Harold Pinter

crédit photo : Alexandre Icovic

TRAHISONS D’ HAROLD PINTER

MISE EN SCÈNE CHRISTOPHE GAND

TRADUCTION ÉRIC KAHANE

Le Lucernaire

53, rue Notre-Dame-des-Champs 75006 Paris

Comment réserver ?

  • sur internet : www.lucernaire.fr
  • par téléphone au 01 45 44 57 34
  • sur place aux horaires d’ouvertures
Le Lucernaire est bien plus qu’un théâtre. C’est aussi trois salles de cinéma Art et Essai, un restaurant, un bar, une librairie, une école de théâtre et une galerie d’exposition. Il appartient aux éditions de l’Harmattan. Il fonctionne à plus de 95% en recettes propres et est membre de l’Association de Soutien pour le Théâtre Privé.
Merci également à Mara Villiers d’avoir permis cette rencontre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 Commentaires

  1. gren38
    31 janvier 2018 / 13 h 00 min

    Super article, du travail de pro.
    Pas de questions à se poser; tu assures ta reconversion 🙂

  2. 24 janvier 2018 / 15 h 16 min

    C’est sympa et cette pièce m’a l’air pas mal du tout, il faut que je regarde si elle passe en tournée vers Marseille?
    Bises

  3. 23 janvier 2018 / 23 h 15 min

    Super Sophie ! Une pièce que j’ai eu la chance de voir avec toi.
    Une belle interview de la comédienne Gaelle qui réflete bien sa simplicité, son naturel et sa spontanéïté.

  4. 22 janvier 2018 / 16 h 46 min

    Un bel entretien et elle défend bien sa pièce. C’est toujours intéressant de parler avec l’acteur !

    • Sophie
      Auteur
      22 janvier 2018 / 16 h 47 min

      Tout à fait ! Je considère que c’est une vraie chance 🙂
      Bises

  5. janachete13
    22 janvier 2018 / 16 h 36 min

    Quelle chance Sophie d’approcher l’actrice et qui plus est de l’intervieuwer.
    Cette pièce me plairait beaucoup mais encore une fois c’est à Paris .
    Nous avons plus de soleil mais moins de choix pour les sorties ….
    Merci pour tes partages .
    Bisous !

    • Sophie
      Auteur
      22 janvier 2018 / 16 h 43 min

      Bonjour Jany, Gaëlle sera à Avignon cet été , ce n’est pas très loin pour toi !!
      Bises

Et si tu me laissais un petit mot?

%d blogueurs aiment cette page :