Gérer mes angoisses par le présent

Après une maladie du type cancer, bien souvent, les angoisses nous envahissent. La grande question : va-t-il revenir ce crabe horrible et sournois qui se cache peut-être encore en moi?

Cette angoisse m’a complètement envahie parfois. Une douleur à la hanche, je pensais métastases, une difficulté à avaler, je pensais que mon premier cancer se réveillait. Chaque douleur ou chaque signe anormal du corps me renvoyait à cette question.
Je me suis alors aperçue que j’allais ainsi faire de ma vie un enfer , et dommage collatéral j’allais aussi pourrir la vie de mon entourage le plus proche.
gerer ses angoisses tribulations d'une quinqua
Il m’a fallu du temps pour comprendre que ma seule planche de survie était le présent : vivre le moment présent.
Ce vivre au présent est conseillé par tous les thérapeutes mais demande une prise de conscience déjà et un travail sur soi au long cours. Il est certain que si je me faisais aider par certaines pratiques comme la méditation, la sophrologie, je parviendrai mieux encore à m’ancrer dans chaque moment du présent. J’y pense, depuis longtemps déjà, je n’ai pas encore passé le cap. J’essaie de me débrouiller déjà avec mes petits moyens.
Cette prise de conscience du présent est contraire à nos éducations occidentales en général. Depuis tout petit, nous sommes formatés pour penser à l’avenir : réussir à l’école, passer son bac, choisir une profession … Quant au passé, il se reflète sans arrêt dans notre vie, il nous arrive de dupliquer certaines habitudes ou façon de vivre de nos parents (même de façon inconsciente). Il nous arrive de comparer notre vie présente à notre vie passée, mais à quoi cela sert-il?
Prendre conscience du moment présent  ce n’est pas seulement du carpe diem, ce n’est pas seulement profiter de l’instant en terme quantitatif mais bien en terme qualitatif.

Et je me suis aperçue que plus je pense au plaisir du moment, moins je pense à l’avenir ou plutôt je me sers du présent pour me construire un avenir moins angoissant.

La chance m’a été offerte d’être encore là malgré mes graves ennuis médicaux, c’est un cadeau extraordinaire que je me dois de ne pas gâcher avec des projections mentales négatives et en me laissant envahir par la peur.
Alors, oui, j’ai encore parfois (un peu plus que parfois) des moments de faiblesse, d’anxiété, de peur, mais je me soigne grâce au présent et à la prise de conscience de l’instant.
vivre l'instant présent

Des exemples ?

  • Des moments si normaux de la vie quotidienne que je faisais auparavant sans aucune conscience du plaisir qu’ils pouvaient m’apporter : prendre une douche, me laver les mains, boire un café, m’installer dans mon fauteuil pour regarder une série que j’aime, sentir le linge propre sortant de la machine… Je pourrais énumérer des dizaines d’instants du présent qui peuvent sembler tout à fait anodins mais dont je ressens le plaisir maintenant.
  • Ecouter les autres, vivre le moment vraiment avec les personnes, ne pas penser à autre chose à cet instant. Les réseaux sociaux ne nous aident pas à ce genre de chose (surtout nous les blogueuses) , mais j’essaie et j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir pour y arriver.
  • Me réveiller le matin en pensant à ce qui va être chouette dans ma journée. Mais, pas plus loin que la journée, pas demain non ! juste aujourd’hui!

Cela ne signifie pas que je suis devenue adepte du No-futur ! Le futur je l’entrevois dans l’instant présent, je puise ma force pour le futur dans le présent.
Quand j’écris sur mon blog, ,je me projette au moment où vous lecteurs et lectrices allez me lire et, je l’espère, répondre à mon billet. Mais, c’est en vivant pleinement ce moment d’écriture que je prépare le moment futur.
Quand je réserve un voyage, un hôtel, je me projette bien entendu dans le futur, mais me concentrer sur la préparation, sur des choix à faire, des personnes à contacter me fait déjà vivre un peu ce projet au présent et m’évite de penser que tout peut s’annuler si quelque chose arrivait.
Pour conclure, vivre l’instant présent à fond me donne la force pour continuer. Mieux vaut être vraiment présent et conscient de l’instant quelques minutes que rester des heures à se laisser envahir par des pensées négatives et se perdre dans les affres du mental.

Et vous, avez-vous des angoisses? Si oui, cela m’intéresserais de savoir comment vous les gérer. N’hésitez pas à partager vos remarques dans les commentaires, vous savez que j’adore vous lire.

 

34 Commentaires

  1. 29 mai 2018 / 11 h 00 min

    Je comprends bien tes angoisses Sophie ayant perdu ma mère et ma sœur aînée de cancers diagnostiqués trop tardivement il y a qq années. Elles nous ont quittées à moins de 6 mois d’intervalle et d’autres décès ont suivis assez rapidement dans la famille. Curieusement c’est depuis que je suis ménopausée que je suis devenue très angoissée pour tout. Aussi, je pense qu’il y a sûrement un facteur hormonal à l’angoisse. Les fluctuations hormonales influencent notre état d’esprit que ce soit après une grossesse avec le baby blues ou à la ménopause. Mais il est important pour toutes et tous de prendre autant soin de sa santé physique en restant à l’écoute de son corps que de son mental même si c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire. À cet égard j’aime bcp la prière de la sérénité des Alcooliques Anonymes :
    Mon Dieu,
    Donnez-moi la sérénité
    D’accepter
    Les choses que je ne peux changer,
    Le courage
    De changer les choses qui devraient l’être,
    Et la sagesse
    D’en connaître la différence.
    C’est la philosophie de mon père sobre depuis 42 ans qui considère qu’il ne faut pas s’inquiéter de problèmes qui ne se sont pas présentés et ne se présenteront peut-être jamais. Et je pense que c’est le chemin sur lequel tu es en train de t’engager après des épreuves difficiles.
    Profite au maximum de la vie Sophie en continuant de bien prendre soin de toi.

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 11 min

      Merci beaucoup, ces billets humeurs je les ecris d’une traite parce que j’ai un besoin d’écrire tout simplement.

  2. Tout simplement merci Sophie de ce billet plein d’ondes positives !
    Les petits riens de tous les jours sont précieux et chercher en permanence le ‘bonheur’, mot inventé pour rassurer, génère finalement beaucoup d’angoisse…
    Passer un moment en terrasse, au soleil, en regardant le couleurs changeantes du ciel et de la mer,
    Regarder autour de soi pour découvrir les belles choses qui nous entourent,
    Passer un moment à regarder les phoques persuadées qu’ils nous regardent aussi,
    Profitez d’une soirée entre copines en toute simplicité,
    Rire de tout, de rien, juste car je suis heureuse d’être avec des personnes que j’apprécie,
    Rentrez chez moi, heureuse d’avoir partagé ce moment, tout simple mais tellement riche !

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 13 min

      Voilà, tu as bien répertorié tous ces petits bonheurs qui viennent de passer :). Mais tu en as oublié un !! 🙂 Le verre de bière écrasée sous mes fesses! 😀
      Bisous 🙂

  3. jai50ansetapres
    26 mai 2018 / 15 h 28 min

    Oui j’étais tombée sur un bouquin qui disait qu’il fallait prendre du plaisir dans les petites actions de tous les jours, comme faire la vaisselle. je m’y attelle. Quand cette fichue maladie nous frappe c’est comme un raz de marée et vivre au présent c’est pas facile parce qu’il faut être positif face à l’avenir. Un tord boyaux de l’esprit.
    Chacun a sa façon de vivre au mieux mais la sophrologie et la méditation sont très bénéfiques et pas assez mises en avant. Merci pour cet article. Bises

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 14 min

      Bonjour Nadine, je reste persuadée que je devrait passer par la case sophrologie, mais est ce par flemme (peut-être) que je n’ai pas encore commencé. Bisous

  4. 26 mai 2018 / 8 h 46 min

    Prendre conscience du bonheur du jour, c’est déjà bien. Nous avons à notre portée tout un tas de livres sur le développement personnel. On peut y piocher des idées et la méditation n’est pas qu’une mode, c’est une bonne technique pour lâcher prise.
    Je ne suis pas du genre ‘angoissée’ mais quand les difficultés arrivent, comme tout le monde, je cherche des solutions d’apaisement

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 16 min

      Bonjour Jo
      C’est vrai qu’à travers ton blog tu donnes l’impression d’une femme qui sait tourner les choses vers l’humour :). Mais, tout le monde je pense a des moments d’angoisse parfois pour des petites choses !

  5. Poulette
    26 mai 2018 / 8 h 10 min

    Tellement bon de lire à travers ton ressenti et celui des autres lectrices ,qu’en effet, il n’est pas toujours facile de se “dompter ” afin de positiver au maximum et vivre l’instant présent. Pour la maladie grave j’occupe la place du conjoint et cela a eu et a toujours un impact angoissant que je tais. Je tais mes angoisses car j’ai appris à avoir ce réflexe de “préservation ” en raison de mon enfance et de mon adolescence “particulière”. Je me fais violence, encore aujourd’hui, pour dompter tout ce que le négatif à comme impact sur mon psychisme et que surtout personne ne s’en rende compte (eh oui je suis comme ça ). Avec l’âge c’est mieux , j’applique “faites ce que je dis pas ce que je fais” et je fonce pour ne pas perdre de temps en voyageant, profitant des miens mais bon des fois tout cela (ce tempérament d’origine ) me revient en pleine tête. Ton article est à conserver et à relire de temps en temps tellement il est juste. Merci Sophie tu vois le partage à tellement de bon. De gros bisous. Tu vois aujourd’hui il fait beau et j’ai envie de soleil sur mon visage donc je fonce

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 20 min

      Bonjour Poulette, je me reconnais un peu dans ton témoignage, ou plutôt c’était un peu moi avant (avant les blogs, avant la maladie). Je gardais tout pour moi car je pensais être à même de gérer seule sans “emmerder” les autres 🙂
      Le fait d’avoir un blog déjà m’a aidé à extérioriser par l’écriture, et cela fait du bien! Au départ, j’écrivais un peu dans le vide et du coup, je n’avais pas l’impression de saouler grand monde :). Mais maintenant, le fait de se confier, de partager ses soucis, on se rend compte que l’on est pas seule avec ses ennuis de la vie et cela fait du bien de partager. Tu as raison le partage a tellement de bon (penses-y aussi:) )
      Bisous

  6. 26 mai 2018 / 7 h 30 min

    Coucou
    Tu as tellement raison!!! Il m’a fallu un burnout, les ennuis de santé de mon fils pour le comprendre… alors oui… je vis à fond le présent même si j’ai encore des progrès à faire!
    Regarde… comme l’autre soir où nous étions toutes ensembles: une soirée « bulle » ou l’on oublie tout, on rit, c’est tellement bon!!! Bisous et bonne journée!

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 22 min

      Voilà, c’est tout à fait cela, tous ces moments d’amitié ou d’amour sont des instants de bonheur.
      Quand j’écris bonheur, cela me fait penser d’ailleurs à un autre theme de billet, car je trouve que l’on finit par trop courir après ce mot BONHEUR
      Bisous

      • 28 mai 2018 / 10 h 41 min

        Oui tu pourrais l’appeler « course au bonheur » en effet!
        Bisous 😘

  7. je confirme avec une nouvelle ce soir mon fils est admissible à l’oral véto avec un classement et des notes dont je ne reviens pas; j’ai pleuré pendant 2h de joie parce qu’aujourd’hui je me dis que j’ai bien fait de me battre contre cette saloperie pour vivre ces moments de joie et de fierté; il y a un an j’étais désespérée à bout alors oui il ne faut rien lacher car la vie nous réserve aussi des bons moments; je pense que ma joie est décuplée du fait justement après avoir vécu des années difficiles, et je suis heureuse de voir des personnes comme toi donnent espoir aux autres !

  8. 25 mai 2018 / 20 h 27 min

    Hello Sophie, tes mots résonnent parfaitement en moi qui suis une angoissée pathologique, un exemple ma fille ne repond pas au téléphone, je l’imagine sous un camion ou agressée alors qu’elle est tout simplement au cinéma ! Et j’ai des tonnes d’exemples de ce genre. J’ai commencé la méditation et cela me fait beaucoup de bien , il faut apprendre à “lâcher prise” et à se concentrer sur les petits bonheurs que la vie nous offre. Comme tu le sais je ne suis pas une adepte des reseaux sociaux et notamment du monstre Instagram, qui à mon sens n’amène que des frustrations, c’est à celle qui se montrera chaque jour avec un sourire d’ange et c’est une perpétuelle quête d’un bonheur illusoire ! Le bonheur est ailleurs pourtant !!!
    Te concernant et après toutes les épreuves subies, je pense que tu as raison de te recentrer sur toi et tes proches amies (les vraies, pas les virtuelles). J’apprends peu à peu à rester positive, et à me recentrer sur l’essentiel, il me semble t’avoir parlé d’un site qui me fait beaucoup de bien tenu par une personne rare. La vie est belle , profitons en à chaque instant, tu as vaincu la maladie et c’est un signe de l’Univers. Tu es sur la bonne voie , continue et dis toi tous les matins que tu le mérites !

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 25 min

      Ahhh c’est le plus difficile cela Corinne de se dire qu’on le mérite !! 🙂
      Mon compagnon me le répète sans arrêt, mais cela ne rentre pas dans ma tête 😀
      Sinon, je veux bien que tu me redonnes l’adresse du site dont tu me parles.
      Bisous

  9. janachete
    25 mai 2018 / 17 h 36 min

    Je te comprends et comprends aussi tes angoisses même si je n’ai pas ton passé pathologique.
    Moi même j’ai parfois du mal à profiter des petits bonheurs présents tant je ressasse le passé ou m’inquiète de l’avenir.
    Ma maman a été opérée récemment d’un cancer (carcinome ) et malgré la radiothérapie il y a des risques importants de recidive. Et bien je lui dis de positiver . De croire en la chance qu’elle a toujours eu jusque-là malgré d’énormes problèmes. Mais moi de mon côté j’angoisse .
    Ok elle a 87 ans . Mais c’est ma maman .
    Alors oui je lui dis vis comme si tu n’avais rien . Aujourd’hui tu vas bien . Pourquoi gâcher ces moments. Alors tu as raison . Ta philosophie est la bonne . On ne connait pas demain . Pourquoi s’en inquiéter de trop ?
    Merci Sophie pour tes leçons de vie . Tu es forte en tout cas en apparence ….
    Bisous ! Bon week-end.

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 27 min

      Bonjour Jany,
      Tu as raison de dire à ta maman de vivre comme si elle n’avait rien (de plus, les cancers progressent moins vite à cet âge).
      Merci pour ton partage, et juste une chose, je ne serais pas aussi forte sans l’aide de quelques médicaments qui aident 🙂
      bisous

  10. Marie Jeanne
    25 mai 2018 / 15 h 18 min

    Bonjour Sophie,
    Je suis entièrement d’accord avec toi et ayant vécu cela avec ma Maman qui a eu 2 cancers et qui va bien je tire mon chapeau devant cet optimisme. Je suis sure que dans les moments difficiles le meilleur moyen de s’en sortir c de positiver malgré tout et de profiter du présent comme tu le fais. J’essaye aussi car je suis assez angoissée par rapport au futur mais je m’aperçois que ça ne sert à rien car on ne sait pas de quoi sera fait demain 😉😉😉😉😉

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 28 min

      Oui, s’angoisser pour le futur c’est se pourrir le présent.. .je m’en suis rendue compte 🙂
      Bises Marie Jeanne

  11. 25 mai 2018 / 13 h 38 min

    Nous avons tous nos angoisses et chacun réagit à sa manière. Votre exemple est un bel exemple : vous avez du vous battre mais sans perdre la joie de vivre. Savoir apprécier les petits moments, cela donne une grande force aussi.
    En écrivant ce petit mot, je suis assise sur la terrasse, voilà un de ces moments…

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 29 min

      Comme je te comprends, c’est un véritable plaisir de s’asseoir sur sa terrasse au soleil!! Moi je n’ai qu’un minuscule balcon (au Nord lol) mais mon fiston vient de me l’installer au top pour que je puisse m’y sentir bien (pelouse synthétique, petit potager) . Alors, je m’installe souvent là pour m’occuper de mon blog, c’est aussi un petit plaisir.
      Bises

  12. bonjour, pour ma part, je suis surtout angoissée à l’approche des examens de contrôle : d’un côté c’est rassurant de les avoir mais de l’autre c’est la peur qui se réveille et le pire c’est quand les gens te disent : çà va aller ! sois positive ! Honnêtement si l’onco était sur que çà ne reviendrait pas on n’aurait pas des controles tous les 3 mois. Ces mêmes personnes angoisseraient pour moins que çà ! J’angoisse également quand j’ai une grosse fatigue (car ce fut le seul symptome de ma rechute pulmonaire)
    Alors oui, c’est normal que parfois on est peur plus que les autres il faut l’accepter (surtout quand on nous a dit qu’on a un cancer stade 4 métastasique non guérissable !!!!la totale quoi!) mais effectivement i ll ne faut pas pourrir les autres journées, Je dis souvent cette maladie me gâche bien la vie je ne vais pas lui laisser en plus la possibilité de le faire quand je vais mieux ! donc, profitons de l’instant présent
    j’ai franchi le cap en faisant du qi gong, et parfois de la sophro, J’ai plus du mal avec la méditation en terme de régularité ! Mais les chinois l’ont compris depuis des milliers d’années il faut aussi calmer l’esprit et se centrer sur sa respiration
    Je pense comme toi qu’il faut aussi faire des projets comme je l’ai mentionné dans mon dernier article j’en ferai un sur les conseils de ma psy à ce sujet qui sont très adaptés à la vie d’une personne qui a eu un cancer je le fais très fréquemment
    bonne journée

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 32 min

      Je ne connais pas du tout le qi gong !! Moi tu vois je n’ai pas encore passé le cap vers la sophrologie, j’ai toujours 2 adresses que l’on m’a conseillées. Elles sont bien en vue sur mon frigo 😀 Un jour peut-etre je me déciderai.
      Bises

      • quand viendra le moment où tu le sentiras ! Déjà tu peux aller voir les vidéos que j’ai mises sur mon blog de maitre ke wen et sur ma page Facebook j’ai donné quelques précisions sur la façon de s’y prendre au niveau de la respiration. Ces exercices ne durent pas trop longtemps pour débuter et permettent de connaître les bienfaits qu’ils procurent bonne journée

  13. 25 mai 2018 / 11 h 31 min

    Bravo et ce n’est pas si facile … j’essaye de gérer les miennes en faisant de même vivre ke moment sans me poser de questions et ne plus penser à rien de négatif bonbe journée bises

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 33 min

      Voilà, c”‘est un peu cela 🙂

  14. manoudanslaforet
    25 mai 2018 / 11 h 20 min

    Bravo !!! Tout à fait d’accord avec toi même si il n’est en effet pas facile d’être pleinement conscient de l’instant présent c’est je pense la voie à suivre….

    • Sophie
      Auteur
      28 mai 2018 / 10 h 33 min

      Oui, mais cela prend du temps de le mettre en pratique 🙂
      bises

Et si tu me laissais un petit mot?

%d blogueurs aiment cette page :