Se mettre à une langue étrangère après 50 ans.

Apprendre une nouvelle langue par envie, curiosité ou simplement comme un passe-temps est une occupation qui peut vous apporter de nombreux bénéfices, à commencer par le maintien et le développement des fonctions cognitives, car il n’y a pas d’âge pour découvrir de nouvelles cultures, traditions et histoires extérieures à nos frontières.

Tribulations d'une quinqua apprendre une langue étrangère après 50 ans

Après 50 ans c’est toujours possible !

L’erreur est de penser que passé un certain âge nous ne pouvons plus apprendre grand-chose. Soi-disant parce que le cerveau tournerait au ralenti et que le fait d’assimiler de nouvelles informations en nombre, qui plus est dans une langue étrangère, serait trop compliqué. Il n’en est rien. Un adulte, en particulier au-delà de 50 ans, si on lui en donne les moyens, a la même capacité et vitesse d’apprentissage d’une nouvelle langue qu’un enfant, d’autant qu’il maîtrise plus aisément la grammaire et les règles de syntaxe affiliées.

Si vous vous mettez à découvrir une nouvelle langue, vous faites en sorte de mobiliser votre cerveau à l’acquisition et au stockage de nouveaux savoirs. Ce regain d’activités coïncide avec l’amélioration notable des facultés décisionnaires et de concentration. En parallèle, les réseaux de la mémoire retrouvent également un dynamisme et fournissent une aide à l’apprentissage ; ce sont eux qui détiennent en quelque sorte votre vécu, expériences personnelles et connaissances générales sur le monde. Ces éléments ne peuvent qu’avoir une incidence positive sur le bien-être, en réduisant les effets du stress, tout en maintenant votre persévérance pour relever un nouveau défi et en améliorant la régénération des neurones.

Quelles sont les meilleures méthodes pour apprendre après 50 ans ?

Tribulations d'une quinqua apprendre une langue étrangère après 50 ans

Lorsque vous avez pris la décision de cette nouvelle expérience enrichissante, il faut trouver les ressources adéquates pour poursuivre sa démarche. Les technologies actuelles permettent de prendre des cours en ligne via internet ou des applications mobiles. Une plateforme comme celle de Babbel vous donne la possibilité d’apprendre et réviser suivant votre rythme et vos objectifs. D’après une étude datant de 2016, 92% d’entre eux ont pu améliorer leur niveau de langue en seulement 2 mois. C’est donc parfait pour ce lancer !

Mais l’apprentissage peut se faire de manière autodidacte, à raison de 15 minutes par jour. Il existe des méthodes pour mémoriser petit à petit. Par exemple, si vous avez pris par exemple l’habitude d’écrire pour ne rien oublier, noter régulièrement sur papier les nouveaux mots aidera à stimuler votre mémoire visuelle. Une autre méthode simple et divertissante consiste à étiqueter des objets et éléments de votre quotidien avec des post-it, rédigés dans la langue que vous explorez. Et pourquoi pas aller jusqu’à écrire intégralement votre liste de courses dans cette langue ? Cette méthode, en réalisant l’association objet/mot équivalent, constitue un excellent moyen de retenir les informations de base nécessaires.

Tribulations d'une quinqua apprendre une langue étrangère après 50 ans

Si vous recherchez plutôt un environnement convivial et la possibilité d’échanger avec d’autres personnes dans votre cas, des cours, formations collectives d’apprentissage ou soirées de tandem linguistique sont toujours recommandés. Avec un travail davantage axé sur la conversation, vous y apprendrez à vous exprimer d’une façon plus fluide et intuitive, en bénéficiant des avantages d’une émulation collective.

Comment se motiver à passer à l’action (et s’y tenir)

Le degré de motivation va principalement dépendre de la raison principale vous poussant à apprendre une nouvelle langue. Il peut s’agir d’un objectif professionnel, d’une envie prononcée de visiter un pays où cette langue est la plus utilisée ou en lien avec une passion relevant d’une culture particulière.

En ce sens, découvrir une nouvelle langue en groupe est en mesure de vous aider à aller au bout de votre envie, par les possibilités répétées d’interactions et de motivation réciproque. Il ne faut pas hésiter à faire régulièrement le point pour constater ses progrès, ce qui apporte toujours une petite satisfaction et relève les axes demandant une amélioration. Pour tenir le coup, allez-y à votre rythme et associez à votre initiation une dimension culturelle et historique comme l’origine de la langue, où est-elle parlée, à quels pays/cultures est-elle associée. Tout cela dans le but de donner encore plus de sens à votre pratique.

6 Commentaires

  1. vieillirbienvivant
    11 février 2020 / 16 h 42 min

    Un petit mot pour te dire que je partage ton avis sur le bienfait des langues à tout âge et même après 50 ans. J’en ai 60 et je me suis mise à l’Hindi au départ pour le plaisir d’écrire l’alphabet. Je me suis prise au jeu. J’apprends en collectif dans une petite école, ce n’est pas facile facile, je progresse gentiment et j’ai tout mon temps. Je suis convaincue que mes neurones apprécient. Namasté.

  2. 11 février 2020 / 10 h 23 min

    bonjour quelle bonne idée
    j’étais dans le tourisme et j’ai toujours adoré les langues
    je pense que la pratique orale est le plus important
    regarder des films en vo pour s’imprégner des sons de la langue
    et l’idéal aller dans le pays pratiquer

    par exemple l’italien je ne l’ai pas appris à l’école mais à force d’y aller dans le cadre de mon travail et de pratiquer même en faisant des erreurs je me faisais comprendre et je comprenais ce qu’on me dit

    je ne sais pas si çà m’aiderait d’apprendre une nouvelle langue ou d’en réviser une dans le cadre de mes troubles cognitifs dus à la chimio
    la neuro psy m’a dit qu’elle a atteint le lobe frontal qui est le chef d’orchestre et qui ne fait plus toujours son boulot
    du coup gros problème de mémoire et de concentration
    bonne journée

  3. Marielle
    11 février 2020 / 9 h 32 min

    Un petit conseil, qui vaut ce qu’il vaut… lorsqu’on apprend une langue étrangère, pour bien mémoriser le mot et aller au delà du post it, c’est de réemployer le mot plusieurs fois dans différentes phrases. Rien de tel pour l’ancrer dans la mémoire…. à tous les âges de la vie !

  4. 10 février 2020 / 21 h 56 min

    Lorsqu’on apprend autre chose, donc qu’on sort de sa zone de confort, des interconnexions se font au niveau des synapses, et la capacité d’apprentissage augmente même avec le temps, contrairement à ce qu’on disait avant (on perd des neurones). Il faut entretenir afin que le mécanisme ne grippe pas (sourire).
    Moi, c’est l’italien que j’apprends, par périodes, je vais me mettre à regarder des films en italien avec sous-titres aussi en italien. Et j’axe sur la compréhension orale, en suivant les cours en ligne d’un vrai italien.
    Merci pour cet article !

  5. Bernieshoot
    10 février 2020 / 18 h 04 min

    L’élément clé c’est de savoir pourquoi apprendre une langue étrangère et la pratiquer.
    Ce qui est regrettable c’est que beaucoup de pédagogie ne s’appuie pas sur la manière dont nous avons appris notre langue maternelle :
    – d’abord nous apprenons à parler
    – ensuite nous apprenons à écrire…
    C’est tellement mieux ainsi.

  6. Janachète
    10 février 2020 / 17 h 57 min

    Je prends des cours d’anglais à l’UTL depuis 3 ans et je me régale !
    Bon je ne suis pas pour autant bilingue mais il faudrait regarder des films en anglais sous-titrés anglais.
    Je pense m’y mettre .
    Tout est possible quand on est motivé.
    Bises Sophie !

Et si tu me laissais un petit mot?

%d blogueurs aiment cette page :