Sida : les plus de 50 ans ne se sentiraient pas concernés !

Etant tombée sur une étude qui m’a fait froid dans le dos, au risque de plomber un peu l’ambiance de Noël (mais vous savez que je ne suis pas à ça près), j’ai eu envie de faire un article à propos de cette information.
Les personnes de plus de 50 ans représentent une part croissante des patients séropositifs en Europe. Parmi les personnes infectées par le virus du sida en 2015, un sur six était âgé de plus de 50 ans.
Alors que les chiffres sont stables chez les 15-49 ans entre 2004 et 2015, les taux d’infection par le VIH des personnes de plus de 50 ans sont en hausse dans 16 pays européens.
De plus, la maladie est très souvent détectée à un stade avancé chez les plus de 50 ans, et même trop souvent au stade sida, alors que ce n’est pas le cas pour les 15-49 ans.
Alors?

Les plus de 50 ans ne se sentiraient pas concernés par le VIH?

En effet, les études montrent que les quinquas ne se sentent pas vraiment impliqués, ils ont beaucoup moins le réflexe du préservatif lors des rapports sexuels alors que les jeunes “ont grandi avec la maladie” et ont ce réflexe.
Bien que 90% des 50-70 ans s’estiment bien informés des modes de contamination, seuls 12% déclarent se sentir concernés par les risques d’infection et 46% déclarent avoir déjà réalisé un test de dépistage contre 61% chez les 18-49 ans. Et surtout, le plus étonnant et le plus inquiétant est que 37% des seniors (oups j’ai écrit séniors 🙂 ) ayant des partenaires multiples n’ont jamais utilisé de préservatif !! Franchement, je trouve cela ahurissant. Comme si on pensait qu’étant plus vieux, on n’avait moins de risques ? Et pourtant, je suis pratiquement certaine que les mêmes personnes vont conseiller et mettre en garde leurs propres enfants sur le risque d’infection.
Qu’est-ce qui freine à ce point les hommes de plus de 50 ans à utiliser le préservatif? Est-ce une peur de ne pas “assurer” comme on dit??  Il est vrai que mettre un préservatif peut couper l’élan! 🙂 Ou bien, notre génération serait-elle restée sur l’idée fausse que le VIH concerne les homosexuels et pas les hétérosexuels??
Quelles solutions?
Lara Tavoschi, auteur principal de l’étude et chercheur, propose que l’on se penche sur la question en créant des programmes complets de prévention destinés aux personnes de plus de 50 ans.
On peut espérer que l’arrivée des auto-tests au VIH pourrait changer la donne en améliorant les diagnostics précoces. Toute prise de risque (un rapport non-protégé) doit nous pousser à nous faire dépister.

Connaissiez-vous ces chiffres?

En êtes-vous étonnés?

Rendez-vous sur Hellocoton !
 

6 Commentaires

  1. Christine
    14 décembre 2017 / 20 h 01 min

    ben deux choses en fait les plus de 50 ans c’est aussi n’ayons pas peur des mots des 60 ,70 ,80 ans voire plus (je travaille dans des tas de maisons de retraite et ça s’agite grave) qui se fichent un peu des conséquences ainsi que des femmes ménopausées qui n’ont plus besoin de contraception et qui sont sans doute plus intéressées par une érection “branlante”:) que par l’usage d’une capote qui ruinera tout l’élan

    • Sophie
      Auteur
      15 décembre 2017 / 10 h 24 min

      et qui ne pensent pas au fait qu’ils puissent ensuite passer le virus…
      J’adore ton “ça s’agite grave ” lol

  2. jai50ansetapres
    14 décembre 2017 / 14 h 11 min

    Je n’ai pas eu connaissance de cette étude et oui ça me choque, Le préservatif a fait partie de notre jeunesse tout de même, c’est bizarre qu’arrivés à 50 ans les seniors n’y attachent plus d’importance, quoique à notre époque (horrible de dire ça) on se protégeait du risque de la maternité et pas vraiment du sida.
    En tout cas alerte rouge et communication au taquet pour cette génération imprudente ! Merci pour l’info.

    • Sophie
      Auteur
      15 décembre 2017 / 10 h 26 min

      De mon côté étant jeune, je n’ai pas connu le préservatif… la pilule faisait l’affaire et on ne parlait pas encore du sida, je n’en ai entendu parler que vers 21/22 ans et encore, il n’y avait pas de campagne de prévention.
      Oui, comme tu dis alerte rouge pour notre génération.

  3. 14 décembre 2017 / 12 h 06 min

    Non je ne connais pas ces chiffres et oui, cela m’étonne. Car si nous avons 50ans aujourd’hui, nous avions 18/20 ans dans les années 80, le moment ou l’on parlait du virus VIH, du dépistage, de la protection, …
    En effet cela donne à réfléchir et fait froid dans le dos…

    • Sophie
      Auteur
      15 décembre 2017 / 10 h 27 min

      Et bien, je ne me souviens pas que l’on en parlait tant que ça à mes 18/20 ans….

Et si tu me laissais un petit mot?

%d blogueurs aiment cette page :